Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

« Briser la loi du silence », tel est l'objectif des huit mesures se trouvant au cœur de la campagne « Agir contre le harcèlement à l'école », dévoilée ce mardi par le ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon. Une campagne qui vise à poursuivre et approfondir les acquis de la précédente initiée en janvier 2012 par Luc Châtel (voir article précédent). Cette seconde campagne va mettre en place des outils pour la mener à bien.

Ces outils reprennent surtout ceux qui existaient déjà : site internet, rénové, avec des ressources et des conseils aux élèves victimes, aux familles et aux témoins, numéro vert d'assistance (0800.200.000), partenariat entre l'association « e-Enfance » et « Facebook » pour intervenir dans les classes à propos du cyber-harcèlement, blocage des comptes des harceleurs ou encore clips vidéo de sensibilisation. Cette fois avec deux personnalités : la chanteuse Chimène Badi et l’athlète Christophe Lemaitre.

Une nouveauté : un programme de formation à l’Ecole supérieure de l’éducation nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESEN) impliquant, sur trois ans, 500 professionnels pouvant être confrontés au problème du harcèlement scolaire : référents académiques et départementaux « harcèlement », personnels sociaux et de santé, référents « gestion de classe », membres des équipes mobiles de sécurité.

Le ministère estime que « 10 % des écoliers et des collégiens rencontrent des problèmes de harcèlement et que 6 à 7 % d'entre eux subissent un harcèlement que l'on peut qualifier de sévère à très sévère ». Aussi louables soient les objectifs de ces campagnes de sensibilisation et de prévention, ces chiffres alarmants posent donc la question de leur efficacité face à un phénomène insidieux amplifié par les réseaux sociaux et qui conduit parfois au suicide des enfants harcelés.

Au-delà de la sensibilisation du grand public, la lutte contre le « cyber-harcèlement » se veut le fer de lance de l'actuelle campagne à l'heure où 40 % des élèves français disent avoir subi une agression en ligne. La nouvelle campagne éditera un « guide de prévention du cyber-harcèlement ».

En termes de financement de la campagne, le gouvernement n'a pas donné de chiffres, parlant d'une initiative « largement financée par la MAIF, la MAE et la Fondation de France », mais qui a surtout mobilisée « beaucoup de bénévoles ».

JCC

Voir l'une des vidéos

(Source : le Monde)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Harcèlement

commentaires

Hébergé par Overblog