Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Maldives : les enfants âgés de 7 ans peuvent être condamnés à mort

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l'Homme, a révélé, lors d'une conférence de presse à Genève, le 29 avril dernier, qu'aux Maldives, depuis le 27 avril 2014, les enfants, dès l'âge de 7 ans, sont susceptibles d'être condamnés à mort.

L'information a mis du temps à arriver jusqu’à nous et à émouvoir opinion et institutions internationales. Les Maldives, où l'islam est religion d'Etat depuis 1997, ont mis un terme au moratoire que le pays respectait depuis 60 ans sur la peine de mort. Officiellement, la peine capitale n'y avait jamais été abolie, mais son usage était suspendu. La dernière condamnation à mort remonte à 1954.

Mais, le pays subit une régression inquiétante de la démocratie et des Droits de l'Homme, dont le rétablissement de la peine capitale n'est que la partie la plus choquante. Ainsi, s'agissant des crimes considérés comme étant perpétrés à l'encontre de Dieu, les peines sont dictées par le Coran et en conséquence non soumises à l'appréciation des juges. Il en découle une série de pratiques barbares, comme par exemple la flagellation des femmes suite à des relations sexuelles hors mariage.

Le dictateur Maumoon Abdul Gayoom, porté au pouvoir par un coup d'Etat, notamment soutenu par les islamistes du parti Adhaalath, est intransigeant avec les crimes, n'hésitant pas à les sanctionner dès le plus jeune âge. Ainsi la responsabilité pénale est atteinte à la dixième année, voire dès la septième s'agissant d'apostasie (renoncer publiquement à une religion). Idem pour la consommation d'alcool ou le vol. Il s’agit de comportements dont sont coutumiers les enfants !

Mais, par un insigne souci d'humanité, les criminels enfantins ne seront pas exécutés immédiatement, on attendra qu'ils atteignent l'âge de 18 ans pour le faire !

Ce retour de la peine de mort aux Maldives, y compris pour les mineurs, n’a pas encore suscité beaucoup de réactions au sein des autres nations ou des institutions internationales. Un important mouvement de protestation s’est en revanche fait jour sur le web et les réseaux sociaux, ponctué de multiples appels au boycott touristique des Maldives.

Comment en effet, aller se prélasser sur les plages de ce paradis tropical, sans se soucier du sort terrible qui pourrait être réservé aux enfants ?

JCC

(Source : communiqué ONU)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - peine de mort

commentaires

Hébergé par Overblog