Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Australie : les dérives de la gestation pour autrui

Né il y a six mois d'une mère porteuse thaïlandaise dans le cadre d’une gestation pour autrui (GPA), le petit Gammy se trouve aujourd'hui au centre d'une controverse. Ce bébé atteint de la trisomie 21 et d'une malformation cardiaque aurait été abandonné par ses parents génétiques, des Australiens, qui auraient tout de même adopté sa sœur jumelle.

Les parents affirment qu'ils n'étaient pas au courant de l'existence de ce second bébé et indiquent que l’hôpital ne les avait pas prévenus que la mère porteuse avait accouché d’un garçon atteint de trisomie 21. Ils jettent également le doute sur l'agence de mères porteuses, avec laquelle ils disent avoir eu une relation « traumatisante ». Plus troublant, ils disent avoir voulu contacter l'organisme et avoir découvert qu'il n'existait plus.

De son côté, la mère porteuse assure que l'agence lui doit encore des milliers de dollars, et a annoncé son intention de la dénoncer à la police. Elle affirme en outre que le couple australien ment. Selon elle, les deux bébés étaient ensemble à l’hôpital et son père n’a pas eu un regard pour celui qui était handicapé.

Les parents, qui résident dans l’ouest de l’Australie, veulent rester anonymes. La jeune thaïlandaise dispose selon la loi locale de la garde du bébé et elle est a déjà fait part de son désir de l’élever comme ses autres enfants.

Cette sordide affaire aura eu au moins le mérite de mettre en lumière les dérives de la GPA et le rôle trouble des agences de mères porteuses qui servent d’intermédiaires dans ce pays. Elle a également provoqué une forte remise en question en Thaïlande. Ainsi, des dizaines de cliniques thaïlandaises ont cessé de promouvoir la GPA, alors qu'on estime que 200 couples australiens ont actuellement recours à une mère porteuse dans le pays. Une pratique jusqu'ici non régulée, que le gouvernement thaïlandais envisage maintenant d'interdire si la mère porteuse n'est pas de la famille des parents.

L'abandon de Gammy ouvre également un débat en Australie, où la gestation pour autrui est autorisée dans certains états, mais très difficile d'accès, car les mères porteuses n'ont pas le droit de se faire rémunérer. D'autre part, les soins, l'insémination de la mère porteuse coûtent très cher en Australie.

Les parents se tournent donc vers l'étranger, principalement la Thaïlande, où les soins sont moins chers et les lois plus laxistes, au point donc de permettre l'abandon d’un bébé trisomique.

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Gestation pour autrui

commentaires

Hébergé par Overblog