Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Hier, j’évoquais le rapport de l’UNICEF qui s’alarmait de la situation des enfants face à la pauvreté. Mais ce rapport évoque également trois autres sujets : la situation des mineurs migrants, le système éducatif français vecteur d’inégalités et l’abandon des réformes de la justice pénale des mineurs.

L’UNICEF, qui vient d’être auditionné par le Comité des droits de l’enfant, estime qu’il existe des zones d’ombre dans l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) en France. L’organisme interpelle le gouvernement sur les progrès à réaliser et émet 36 recommandations concrètes. Pour elle, et en dépit d’efforts considérables, la France échoue en partie à l’égard de l’enfance et de la jeunesse qui sont les plus fragilisés par la pauvreté, l’exclusion sociale, les discriminations, mais aussi par cette période si particulière qu’est l’adolescence.

Le rapport dénonce notamment la situation inacceptable des enfants migrants non accompagnés et/ou vivant en bidonvilles. Ils sont au nombre de 8 000 à 10 000. Privés de leurs droits fondamentaux, victimes de discriminations, ces mineurs isolés étrangers comptent parmi les plus vulnérables.

Autre sujet de forte inquiétude et de déception pour l’UNICEF, c’est la justice pénale des mineurs et l’abandon de réformes d’envergure. Le glissement de la justice des mineurs vers celle des adultes opéré dans les années 2000 est en contradiction avec les principes de la CIDE et l’esprit de l’ordonnance de 1945, souligne le rapport. Les tribunaux correctionnels pour mineurs n’ont ainsi toujours pas été supprimés malgré les promesses gouvernementales. L’UNICEF demande aussi qu’un seuil de responsabilité pénale soit fixé, à l’âge le plus élevé possible, sans exception prévue, et assorti d’un critère complémentaire de discernement.

Le rapport s’en prend enfin au système éducatif français, qui, selon l’UNICEF, creuse les inégalités. En effet, il souligne que les disparités territoriales sont de plus en plus marquées, particulièrement en France ultra-marine. Selon l’UNICEF, la stratégie globale pour l’enfance n’existe toujours pas en France et il n’y a pas de véritable politique publique de l’enfance et de l’adolescence consolidée et articulée, ni de mécanisme de suivi et d’évaluation à la hauteur de la situation.

Le rapport conclu : « nous pourrions faire beaucoup mieux avec les mêmes moyens ».

JCC

(Source : UNICEF)

Voir le rapport

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Rapports

commentaires

VIVET 10/06/2015 22:17

Et Oui le Roi est nu..... FRANCE pays des Droits de L'Homme et du Citoyens , n'arrives pas a digérer les Droits de l'enfants et plus encore celui des Adolescents!!!!! Mais ou est donc passé la Priorité de la Jeunesse ?Pour Tous pas seulement pour l'actuel PRÉSIDENT ?

Hébergé par Overblog