Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Afrique : des millions de réfugiés oubliés par la communauté internationale

A l’heure où l’on parle beaucoup des « migrants de Calais » dans les médias, un rapport publié par Amnesty International en juin dernier est passé pratiquement inaperçu. Et pourtant, il montre une situation explosive en Afrique qui explique en partie ce qu’il se passe à quelques encablures de l’Angleterre. Ce rapport pointe du doigt les dirigeants du monde et les accuse d’être responsables de la situation des millions de réfugiés condamnés à la misère et des milliers à la mort.

Intitulé « l’indifférence des dirigeants du monde condamne des millions de réfugiés à une vie de misère et des milliers à la mort », le rapport évoque les crises oubliées en Afrique. Il dénombre sept millions de réfugiés » des centaines de milliers d’enfants. Selon l’organisation, ces derniers fuient souvent la violence et les conflits armés comme au Soudan du Sud, en République centrafricaine, en Érythrée, en Éthiopie, au Soudan et en Somalie.

« C’est la crise des réfugiés la plus terrible depuis la Seconde Guerre mondiale (...). L’Afrique subsaharienne a toute sa place à cause de la guerre et des conflits armés », dénonce l’organisation. Selon elle, les fuites forcées des populations, la xénophobie et autres formes de violences ne sont pas étrangères à cette situation des réfugiés africains. Le rapport révèle que sur les 10 principaux pays dans le monde où fuient les populations qui cherchent à trouver refuge, 5 pays sont africains. Il y a des pays ravagés par des conflits qui accueillent à leur tour d’autres réfugiés.

Pour Amnesty, les crises des réfugiés ne sont pas inscrites dans les agendas internationaux comme questions prioritaires. « Les crises des réfugiés en Afrique ne retiennent guère l’attention des forums ».

Selon l’ONG, en 2013, peu de réfugiés originaires d’Afrique ont été réinstallés et l’ONU peine à mobiliser des fonds humanitaires. « Au 3 juin 2015, le plan d’action régional de l’ONU pour les réfugiés du Soudan du Sud n’était financé qu’à hauteur de 11% ».

Amnesty International demande aux États africains de ratifier la convention de Genève de 1951 relative à la protection des réfugiés, sa mise en application et la réforme du système du Droit d’asile Par ailleurs, l’ONG exhorte la communauté internationale a organiser rapidement un sommet parrainé par les Nations Unies pour la levée des fonds nécessaires.

On ne peut qu’être d’accord. Il vaut mieux traiter le problème à la source plutôt que d’envoyer des chiens renifleurs à Calais.

JCC

(Source : Amnesty International – photo : Rocco Nuri/UNHCR)

Voir le rapport : site d'Amnesty International

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Enfants réfugiés

commentaires

Hébergé par Overblog