Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Japon : 6 août 1945, un jour effroyable pour les enfants d’Hiroshima

Il y a soixante-dix ans, la bombe à l’uranium larguée par les Américains sur Hiroshima (Japon) a fait des centaines de milliers de morts. A 8h16, «Little Boy» (nom donné par les américains à la bombe nucléaire) a été larguée sur Hiroshima. La bombe à l’uranium enrichi a explosé à 580 mètres au-dessus de la ville. Ce jour-là, des milliers de personnes ont trouvé la mort à la suite de l’explosion, de l’onde de choc, des radiations et des incendies. A la fin de l’année 1945, leur nombre atteindra 150 000. Des milliers ont survécu mais sont restés à jamais marqués par cette terrible journée.

La puissance dissipée par la bombe a été estimée à 14 000 t de TNT. Cette énergie est transformée en chaleur et en souffle pour 85% et en radiations pour 15%. Chacun de ces trois effets est dévastateur.

Dès le premier millionième de seconde, l’énergie thermique est libérée dans l’atmosphère et transforme l’air en une boule de feu qui atteint un kilomètre de diamètre en quelques secondes au-dessus d’Hiroshima.

Au sol, la température atteint plusieurs milliers de degrés sous le point d’impact. Dans un rayon de 1 km, tout est instantanément vaporisé et réduit en cendres. Jusqu’à 4 km de l’épicentre, bâtiments et humains prennent feu spontanément ; les personnes situées dans un rayon de 8 km souffrent de brûlures au 3° degré.

Après la chaleur, c’est au tour de l’onde de choc de tout dévaster: engendrée par la phénoménale pression due à l’expansion des gaz chauds, elle progresse à une vitesse de près de 1.000 km/h, semblable à un mur d’air solide.

Elle réduit tout en poussières dans un rayon de 2 km. Sur les 90.000 bâtiments de la ville, 62.000 sont entièrement détruits.

Le troisième effet, encore très méconnu en 1945, et spécifique à cet arme est celui des rayonnements.

Il entraîne des cancers, des leucémies… Il est d’autant plus terrifiant que ces effets n’apparaissent que des mois, voire des années après l’explosion.

Les femmes enceintes au moment de l'explosion donnent naissance à des bébés atteints de malformations, en particulier de microcéphalie.

Le nombre de tués sur le coup est estimé à 80 000, dans les semaines qui suivirent, plus de 50 000 blessés succombent.

A la fin de 1945, le total des morts est de 150 000.

Le mémorial de la paix, situé à Hiroshima, comporte 221 000 noms de morts des conséquences directes ou indirectes de l'explosion.

L'estimation « finale » du nombre de morts se situe autour de 260 000 dont des centaines de milliers d’enfants.

Le pire, c’est que des études universitaires approfondies réalisées aux États-Unis, utilisant des documents de l'époque, montrent que c’était inutile de frapper le Japon avec cette terrible bombe. En effet, au moment où l’engin de mort a été utilisé, le Japon était disposé à se rendre.

Tous les historiens s’accordent aujourd’hui pour dire que les États-Unis voulaient faire une démonstration de leur puissance militaire afin d'obtenir quelques avantages politiques et diplomatiques aux dépens de l'Union Soviétique qui montait alors en puissance.

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat -

commentaires

Hébergé par Overblog