Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Monde : un plan pour éradiquer l’extrême pauvreté

Le constat est effrayant : un milliard de personnes, dont des millions d’enfants, vivent avec moins d'un euro par jour. Dans les 15 ans à venir, l'ONU veut mettre fin à l'extrême pauvreté dans le monde. Ainsi, ce dimanche, les Etats membres de l'ONU se sont mis d'accord sur un éventail de 17 propositions à mettre en place d'ici 2030 pour venir à bout de l'extrême pauvreté dans le monde. Plusieurs pistes centrées autour du climat, de l'eau et de la santé.

Ce serait là un moyen pour l'ONU d'accomplir un des huit objectifs du millénaire pour le développement qu'elle s'était fixée en 2000. En effet, en 2.000, les Nations unies lancent les « Objectifs du Millénaire pour le développement ». Mais 15 ans plus tard, les résultats sont mitigés même si des progrès ont été réalisés.

A l'issue d'une semaine de négociations intenses au siège de l'ONU à New York, experts et diplomates des 193 pays ont adopté un projet d'une trentaine de pages intitulé « Transformer notre monde, programme de développement durable d'ici 2030 ».

Ce programme sera soumis pour adoption formelle aux chefs d'Etat et de gouvernements de la planète les 26 et 27 septembre à New York, en marge de la session annuelle de l'Assemblée générale de l'ONU. Il comprend 17 objectifs de développement durable déclinés en 169 « cibles ». Le principal objectif étant « d'éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde ».

L’ONU souhaite également permettre à tous de vivre en bonne santé , assurer l'accès de tous à une éducation de qualité et parvenir à l'égalité des sexes en éliminant toute forme de discrimination et de violence envers les femmes.

D'autres objectifs concernent la réduction des inégalités, un travail décent pour tous, des modes de production et de consommation durables et des sociétés pacifiques et ouvertes à tous.

En principe, chaque pays riche devrait consacrer au moins 0,7% de son produit intérieur brut à aider les pays pauvres, mais bien peu le font. La France, par exemple, ne consacre que 0,36% de son PIB à l'aide publique au développement. La France plaide d'ailleurs pour un mode de calcul plus large que ce pourcentage et demande à ce que la lutte contre « Ebola » et que les interventions militaires, au Mali ou en Centrafrique soient comptabilisées comme de l'aide au développement.

L'ONU estime qu'il faudra dépenser au moins 3500 milliards de dollars par an sur 15 ans pour éradiquer l'extrême pauvreté tout en maîtrisant le réchauffement climatique.

Autant dire que si les intentions sont ambitieuses et généreuses, leurs mises en œuvre risque d’être beaucoup plus compliquées.

JCC

(Source : communiqué ONU)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - pauvreté

commentaires

Hébergé par Overblog