Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Maroc : les « petites bonnes » vont continuer d’être exploitées

Il y a deux ans environ, j’évoquais sur ce blog, une proposition de loi visant à interdire le travail domestique avant l’âge de 18 ans (voir article précèdent).

Or, le projet de loi n°19.12, présenté par le ministre marocain de l’emploi Abdeslam Seddiki, sur les conditions de travail et d’emploi relatives aux employés de maison, prévoit de fixer l’âge minimal de travail à 16 ans au lieu de 15 ans actuellement. Cette proposition de loi est donc contraire aux engagements du gouvernement marocain qui proposait, en 2014, de fixer l’âge minimal à 18 ans.

Malgré cela, le parlement marocain a adopté le 10 mai dernier ce projet de loi. S’il régule le travail domestique, il ne met pas fin à celui des « petites bonnes ». Ce sont ces milliers de jeunes filles utilisées comme domestiques dans des nombreux ménages, aussi bien en ville que dans les villages. On estime leur nombre entre 60.000 et 88.000 au Maroc.

Cependant, en vertu de cette nouvelle loi, le travail des enfants âgés de 16 à 18 ans doit remplir plusieurs critères : d’abord une autorisation écrite de la part des parents ou des tuteurs et un examen médical tous les six mois. L’activité exercée par l’enfant ne doit pas être immorale, dangereuse ou difficile.

Pour les personnes employant des enfants de moins de 16 ans, le projet de loi prévoit une amende pouvant atteindre 30.000 dirhams ainsi qu’une peine de trois mois de prison.

C’est malgré tout un véritable recul que connaît le Maroc qui, de fait, légalise le travail des enfants.

Pour rappel, le pays a ratifié la Convention internationale des droits des enfants le 22 juin 1993…

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - travail des enfants

commentaires

Hébergé par Overblog