Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Birmanie : répression, discriminations et violences à l’encontre des Rohingyas

Les côtes européennes ne sont pas les seules à secourir quotidiennement des centaines de migrants. Ces derniers jours, l'Indonésie et la Malaisie doivent gérer un afflux inhabituel de clandestins qui échouent sur leurs rivages. Parmi eux, de nombreux « Rohingyas » qui fuient la Birmanie, victimes de discriminations et du discours haineux de leaders bouddhistes radicaux.

Les « Rohingyas » seraient les descendants de commerçants arabes, turcs, bengalis ou mongols. Ils font remonter leur présence en Birmanie au XVème siècle. Le gouvernement birman estime pourtant qu'ils seraient arrivés au moment de la colonisation britannique et les considère comme des immigrants illégaux bangladais. En 1982, une loi leur a retiré la citoyenneté birmane. Après plus de 30 ans d'exactions, ils ne sont plus que 800.000 dans un pays de plus de 51 millions d'habitants à majorité bouddhiste. Selon l'ONU, ils forment la minorité la plus persécutée au monde.

C’est pourquoi, les membres du « Réseau Européen pour la Birmanie » (EBN), appellent le nouveau gouvernement de Birmanie, la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND), à agir rapidement pour faire face à la crise des « Rohingyas » dans le pays.

Ces cinq dernières années ont été caractérisées par une aggravation dramatique de la situation des Droits de l’Homme, de la répression, des discriminations et des violences à l’encontre des « Rohingyas ». Environ 150 000 personnes, dont 1/3 sont des enfants, ont été déplacées et vivent dans des camps dont les conditions de vie seraient parmi les pires au monde, selon les représentants des Nations Unies.

Plus de 100 000 « Rohingyas » , soit plus de 10% de la population, ont quitté la Birmanie pour fuir une répression toujours plus forte. Des milliers se seraient noyés en fuyant par la mer.

Deux ONG, « Human Rights Watch » et « Fortify Rights » ont prouvé la perpétration de violations des Droits de l’Homme correspondant aux critères de nettoyage ethnique et de crimes contre l’humanité.

Pendant des décennies, le gouvernement militaire de Birmanie a mis en place une politique axée sur un double objectif : la répression et l’appauvrissement, pour amener la minorité « Rohingyas » à quitter le pays.

Le nouveau gouvernement de la LND est aujourd’hui confronté à un challenge de taille pour faire face à cet héritage. EBN, demande donc que soient mises en place immédiatement des actions courageuses et décisives pour commencer à mettre fin à cette situation.

Le prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, actuelle ministre des Affaires étrangères, conseillère spéciale de l'État et porte-parole de la Présidence, reste dans un silence inquiétant.

JCC

(Sources : ONU, EBN, HRW & FR)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Répression contre les minorités

commentaires

Hébergé par Overblog