Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

C’est le journal britannique « The Sun »,  un tabloïd propriété du groupe de presse de Rupert Murdoch, a révélé que le confiseur italien « Ferrero » recourrait aux services d'enfants de six ans en Roumanie pour assembler les jouets constituant les surprises de la marque « Kinder ».

Pour sa défense, le groupe «  Ferrero »,  indique que ce travail est confié à une entreprise tierce. Il se fait à domicile et ce sont les parents recrutés par ces fournisseurs qui délèguent à leur progéniture une part de leurs tâches.

Le témoignage d'une famille, publié dans cet article, présente des photos et vidéos, illustrant les conditions de travail mais aussi l'hygiène sommaire qui accompagne l'assemblage des jouets dissimulés dans les chocolats. Cette famille roumaine composée, outre les parents, de trois enfants de 6 à 11 ans, se voit confier la confection de gadgets pour le compte de Ferrero. Ils sont payés une vingtaine de lei roumains, soit un peu plus de 4 euros, les 1 000 œufs.

Le groupe « Ferrero » est présent dans 160 pays et emploie plus de 40 000 salariés via 78 sociétés différentes. Les marques « Nutella », « Tic Tac », « Mon chéri » ou encore « Ferrero rocher » appartiennent à ce groupe. Outre ses 22 usines, il recourt à des sous-traitants qui confient parfois du travail à domicile.

La direction du groupe  « Ferrero » condamne fermement le travail des enfants et promet de faire toute la lumière sur cette affaire.

JCC

(Source : The Sun)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - travail des enfants, exploitation des enfants

commentaires

Hébergé par Overblog