Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Beaucoup de parents  n’hésitent plus à partager des images de leurs enfants avec leurs amis sur les réseaux sociaux. Le premier rot, les premiers pas, la première dent qui tombe, les premières vacances… autant de moments immortalisés dans des albums virtuels sur « Facebook » ou sur « Instagram » et qui sont stockés dans les serveurs de ces multinationales.

Le « sharenting », néologisme inventé par les américains qui associe sharing (partage) et parenting (parental). Il traduit cette obsession narcissique des parents de vouloir partager le quotidien de leurs enfants comme ils partagent le leur. Considéré comme un acte anodin, cet étalage n’est pourtant pas sans danger.

Par exemple, avoir sa vie privée exhibée sur la place publique par ses parents peut être considéré comme dévalorisant pour un adolescent qui le découvre une décennie plus tard. Il est trop tôt pour le dire, car la génération exposée à son insu n’est pas encore en âge d’intenter un procès, mais on pourrait bientôt être confrontés à une explosion de plaintes d’enfants contre leurs parents pour ce motif.

L’effet peut en effet être assez violent pour un adolescent de voir des photos de lui enfant, dans le bain, dans son intimité ainsi partagée sur les réseaux sociaux.

Il est bon de rappeler la loi française qui est claire : l’article 226-1 du code pénal prévoit que « toute personne ayant diffusé ou publié des images d’un tiers sans son consentement encourt une peine d’un an de prison ou une amende de 45 000 euros ». Par ailleurs, l’article 9 du code civil garantit que « chacun a le droit au respect de sa vie privée ».

Mais un autre risque est souvent évoqué : c’est la récupération de ces images à des fins pédopornographiques.

Enfin, et c’est peut-être le risque le plus insidieux et le plus réel : lorsque l’on crée un profil « Facebook » ou autre, les données que nous transmettons deviennent la propriété de l’entreprise. Le réseau social peut légalement utiliser les photos à des fins publicitaires.

En effet, les clichés que vous postez peuvent être une mine d’informations pour les envois de publicités ciblées : lieu d’habitation, choix vestimentaires, lieu des vacances…

Il est donc nécessaire de préserver vos enfants car il est important de protéger leur vie privée et leur image sur les réseaux sociaux.

JCC

(Source : le Monde)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Dangers d'Internet, droit à la vie privée

commentaires

Hébergé par Overblog