Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Face aux expulsions de cet été stigmatisant les étrangers et plus particulièrement les Roms, le Réseau Education Sans Frontières (RESF) s'inquiète fortement du sort des enfants sans papiers en cette rentrée scolaire.

 

Combien seront absents des classes ?

 

Les enfants, même sans papiers, ont le droit à l'éducation, comme le définit la convention internationale des droits de l'enfant.

 

RESF réaffirme son soutien aux familles sans papiers dont le seul tort serait d'être venues chercher refuge et / ou asile en France. 

 

Un rassemblement est organisé à Carcassonne (Aude) le mercredi 1er septembre 2010 à 18h00, portail des Jacobins.

 

JCC

 

(Source : l’indépendant.com)

Published by Jean-Charles Champagnat actu-droitsenfant.over-blog.com - - éducation

Le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies presse la Belgique de respecter ses obligations et de "prendre les mesures nécessaires en vue d'abolir les frais de scolarité, de garantir à tous les enfants l'accès à l'enseignement indépendamment de leur statut socio-économique et de veiller à ce que les enfants issus de familles pauvres ne soient plus relégués aux programmes d'enseignement spécial".

 

Bernard De Vos, Délégué Général de la Communauté française aux droits de l'enfant a rappelé que  "L'école doit être un lieu d'apprentissage et de vie pour tous les publics, quels que soient leurs milieux", à l’occasion de la présentation du manifeste "Pauvreté et école, quelles priorités ?".

 

Ce dernier, signé par différentes associations de protection de l'enfance, réclame la mise en place de neuf mesures. Parmi elles, assurer la gratuité de l'enseignement fondamental, refonder l'enseignement maternel pour qu'il puisse jouer pleinement son rôle d'émancipation sociale, interdire légalement l'exclusion des élèves de l'enseignement fondamental, assurer un soutien adéquat à l'enfant qui rencontre des difficultés d'adaptation pédagogique, ou encore reformer la formation de base et continue des enseignants afin d'y placer l'enfant au centre de la réflexion. Bernard De Vos a notamment insisté sur ce point. "Il est indispensable qu'un enseignant puisse faire le lien entre les comportements et les difficultés d'apprentissage d'un enfant et les réalités sociales de celui-ci. Cela passe par une amélioration de la formation des professeurs". Il a également considéré que ces changements devaient être opérés dès l'enseignement fondamental.

 

JCC

 

Source : levif.be

Published by Jean-Charles Champagnat actu-droitsenfant.over-blog.com - - monde

Le principal responsable du Vatican pour les migrants a déclaré que la position de l'Eglise en faveur des Roms expulsés par la France ne relevait pas d'une ingérence dans la politique.

 

Mgr Agostino Marchetto a rappelé à l'agence de presse en langue française spécialisée sur le Vatican I.MEDIA que l'Eglise catholique n'était ni de droite, ni de gauche ou du centre, mais manifestait simplement une préoccupation pastorale pour les gens.

 

Le secrétaire du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants a souligné que l'Eglise ne faisait pas de politique en déplorant la politique menée par le gouvernement français à l'encontre des Roms.

 

Sans parler explicitement de la question des Roms, Benoît XVI a récemment lancé "une invitation à savoir accueillir les légitimes diversités humaines". S'adressant en français à des pèlerins francophones, et notamment à des étudiants venus de Paris, il a demandé aux parents d'"éduquer (leurs) enfants à la fraternité universelle".

 

Plusieurs hommes d'Eglise ont critiqué les mesures prises en France contre les Roms. Jeudi, notamment, l'archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, a dénoncé "un climat malsain" de "surenchère verbale" sur les Roms, y voyant "une sorte de concours à celui qui paraîtra le plus sécuritaire et (...) le plus moral". Qualifiant de "cirque" la manière dont a été gérée "cette affaire pendant l'été", il a précisé qu'il comptait dire au ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux "qu'il y a un certain nombre de limites qu'il ne faut pas franchir".

 

(source : AP)

Published by Jean-Charles Champagnat actu-droitsenfant.over-blog.com - - solidarité

 

enfant_chine.jpgUn terrifiant vent de folie meurtrière balaie la Chine depuis mars 2010. Neuf attaques à l'arme blanche ont en effet ensanglanté école et jardins d'enfants à travers tout le pays. Au moins une dizaine d'autres tentatives de massacres au couteau, toutes visant des établissements scolaires, auraient été interceptées par les forces de l'ordre.

 

Un phénomène unique au monde : aux Etats-Unis, où les tueries de masse sont relativement fréquentes, ce sont en général des adolescents perturbés qui s'en prennent à d'autres enfants de leur âge. Nulle part n'a-t-on vu des adultes s'attaquer à des groupes d'enfants en bas âge.

 

Cette vague criminelle, qui a coûté la vie à 17 enfants et en a blessé près de cent, a plongé les autorités dans l'embarras - et le pays dans un profond malaise. Les enfants uniques chinois sont tant choyés que des questions hantent le pays : qui sont donc ces tueurs ? D'où vient une telle inhumanité ? Pourquoi s'en prennent-ils à ce que leurs compatriotes ont de plus cher ?

 

Pour l’instant on en est réduit aux supputations , car l'accès aux lieux, aux familles des victimes, aux proches des tueurs, est découragé, voire interdit.

 

Actes extrêmes commis par des déséquilibrés, des enragés, ou des désespérés. ? Mais les motivations réelles semblent insaisissables, comme dans l'épisode le plus meurtrier qui a plongé dans le sang un village du Shaanxi si petit qu'il ne dispose ni d'un poste de police ni d'un hôpital. Le 12 mai, Wu Huanming, 48 ans, commerçant et propriétaire d'un local qu'il loue à un jardin d'enfants, massacre avec une violence inouïe la quasi-totalité de la vingtaine d'enfants présents sur les lieux (7 enfants morts et 11 blessés), décapitant presque la directrice de l'établissement et tuant une autre adulte. Son acte accompli, il rentre chez lui observer les secours de son balcon. Les policiers feront irruption dix minutes plus tard : il s'est tranché la gorge.

 

Sur le Net, les débats font rage, malgré le poids de la censure. Certains incriminent l'état déplorable de la psychiatrie. Selon une étude de l'OMS publiée dans la revue Lancet, 173 millions de Chine souffriraient d'une maladie mentale, dont 95% n'auraient jamais eu accès à un professionnel. En cause, les tarifs prohibitifs, plus chers encore que pour un cancer ou une maladie cardio-vasculaire, dans un pays où seule 15% de la population jouit d'une couverture sociale incluant les soins psychiatriques. Or la Chine est en plein milieu d'une évolution sociale galopante de nature à engendrer ce que les experts appellent un «stress social moderne » : confrontés aux migrations massives, aux disparités sociales croissantes et à l'affaiblissement des traditions, les personnalités fragiles peuvent imploser.

 

JCC

 

(Source : nouvelobs.com) 

 

 

Published by Jean-Charles Champagnat actu-droitsenfant.over-blog.com - - monde

 

enfants romsLes associations de défense des droits des Roms ont lancé hier un appel à la résistance contre la politique sécuritaire "raciste" du gouvernement, qui continue à susciter de vives critiques, notamment de l'Eglise.

 

"Il est urgent d'arrêter cette chasse aux Roms qui est clairement discriminatoire et raciste", a déclaré Malik Salemkour, vice-président de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH).

 

"La communauté Rom est devenue une sorte de laboratoire juridique pour tester la réduction des droits des étrangers, pour ensuite l'étendre à d'autres nationalités", a-t-il ajouté, accusant le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, de "profilage ethnique" après ses déclarations sur l'augmentation de la criminalité des Roumains en France.

 

Les associations de soutien aux Roms (voir liste dans le post précédent) ont lancé "un appel aux citoyens et aux collectivités locales à entrer en résistance pour assurer la mise à l'abri des Roms se trouvant en France".

 

Médecins du Monde (MDM) s'est dit contraint d'installer des camps de déplacés sur le modèle de ceux déployés dans les zones de conflits pour accueillir les Roms expulsés par la police.

 

"Dans la population Rom de France, ce sont neuf enfants sur dix qui n'ont pas eu accès aux vaccinations de base", a expliqué un responsable de cette ONG, Jean-François Corty, dénonçant un contexte policier qui crée une "peur panique parmi les migrants et aggrave la situation de crise sanitaire".

 

Romeurope demande le droit au séjour, au travail, au logement, a l'éducation et à la santé pour les migrants et la levée des mesures transitoires mises en place lors de l'élargissement de l'Union européenne "qui restreignent l'accès au travail" pour les Roumains et les Bulgares.

Il exige notamment "la scolarisation sans discrimination, inscrite dans la Convention internationale des Droits de l'Enfant", alors que 5.000 à 6.000 enfants Roms vivant en France se verraient selon ses estimations exclus de fait du système scolaire, contre la volonté des familles.

 

Ce rapport est publié alors que la polémique ne faiblit pas en France sur la politique du gouvernement à l'égard des Roms.

 

L’Eglise catholique déplore un « climat malsain »

 

L'archevêque de Paris, André Vingt-Trois, a déploré jeudi qu'un "climat malsain" soit en train de s'installer en France. Le président de la Conférence des évêques de France a dénoncé sur Europe 1 "une sorte de concours de celui qui paraîtra le plus sécuritaire", estimant que "la mise en oeuvre de la loi n'est pas forcément toujours morale".

Il s'est dit disposé à rencontrer le ministre de l'Intérieur, comme l'a proposé Brice Hortefeux.

"J'y vais pour lui dire ce que pensent les catholiques, la manière dont ils éprouvent les mesures qui sont prises (...) et pour lui rappeler qu'il y a un certain nombre de limites qu'il ne faut pas franchir", a expliqué Mgr Vingt-Trois.

 

Des Français partagés

 

Près de la moitié d'entre eux (48%) se disent favorables aux reconduites de Roms en Roumanie, dans un sondage CSA pour Le Parisien paru hier, mais 42% des personnes interrogées s'y déclarent opposées.

 

JCC

 

(Source : l’Express.fr)

 

Published by Jean-Charles Champagnat actu-droitsenfant.over-blog.com - - éducation

enfants roms2

Le Collectif National Droits de l'Homme Romeurope publie son Rapport annuel sur la situation des Roms migrants en France en 2009-2010. Ce Rapport a une vocation d'observatoire des droits fondamentaux des Roms dans un contexte de migration sur le territoire français. 

 

Les accusations très graves à l'endroit des Roms, lancées par le gouvernement, ont valu à la France de vives critiques de la part de l'ONU, à travers le CERD (Comité des Nations Unies pour l'élimination de la discrimination raciale) et de la presse internationale, mais également une indignation généralisée exprimée par nombre d'organisations et de personnalités publiques. Les déclarations du Président de la République, après les événements dramatiques intervenus à Saint Aignan (Loir-et-Cher), font l'amalgame entre Gens du voyage, Roms, étrangers et délinquance et insécurité.

 

Les politiques répressives, menées actuellement par le Gouvernement Français, sont régulièrement dénoncées par des élus de droite comme de gauche qui, constatant que des familles sont laissées à la rue et empêchées de s'installer où que ce soit, évoquent une "politique ignoble". Dans le même temps, se multiplient les renvois « volontaires » dans les pays d'origine.

 

Outre son inhumanité, cette logique d'exclusion et d'expulsion aggrave les conditions d'existence et l'état de santé des familles.  Ces aspects sont largement développés dans ce rapport.

 

Au moment où la rentrée scolaire se prépare, des milliers d'enfants roms voient bafouer leur droit à l'éducation. Le Collectif Romeurope constate que 5000 à 7000 enfants roms atteindront l'âge de 16 ans sans avoir été scolarisés. Les raisons de cette situation sont liées à des refus ou des retards au niveau des inscriptions, mais surtout aux expulsions récurrentes des lieux de vie sans apporter de solutions durables. De même, les expulsions à répétition ne favorisent pas le suivi médical des personnes et des enfants en particulier : ainsi, moins de 15% des enfants sont à jour de leur vaccination. 

 

Romeurope réaffirme fermement les principes édictés par la Convention internationale des droits de l'enfant - aucun enfant ne doit être exclu du droit à l'éducation et à la santé en raison de son origine, de son lieu d'habitation, de son handicap ou de la situation administrative de ses parents - et attend des autorités françaises qu'elles mettent tout en œuvre pour assurer le respect de ce droit fondamental.

 

Le rapport sera diffusé en France et en Europe dans les prochains jours.

 

JCC

 

(*)Collectif National Droits de l'Homme Romeurope :

 

 

AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville) – CGT Educ’Action – CLIVE (Centre de Liaison et d’Information Voyage) – DEI-France (Défense des Enfants International) – FCPE (Fédération des Conseils de Parents d’Elèves) – FERC CGT(Fédération de l’éducation, de la recherche et de la culture) – ICEM Pédagogie Freinet (Institut Coopératif d’Ecole Moderne) – Imediat – Intermèdes – RESF (Réseau Education Sans Frontière) – Sud Education – SNUipp-FSU – Solidarité Laïque - ABCR (Association Biterroise Contre le Racisme) - ALPIL (Action pour l'insertion sociale par le logement) - AMPIL (Action Méditerranéenne Pour l'Insertion sociale par le Logement) - ASAV (Association pour l'accueil des voyageurs) - ASET (Aide à la scolarisation des enfants tsiganes) - ASFR(Association de Solidarité avec les  familles roumaines) - CIMADE (Comité intermouvements auprès des évacués) -  CLASSES (Collectif Lyonnais pour l'Accès à la Scolarisation et le Soutien des Enfants des Squat) –CAM (Comité d’Aide Médicale) - FNASAT-Gens du voyage – CCFD (Comité Catholmique Contre la Faim) - Hors la Rue - LDH (Ligue des Droits de l'Homme) - Liens Tsiganes - MDM (Médecins du Monde)  - MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) - Mouvement catholique des gens du voyage - PARADA - PROCOM - Rencontres tsiganes - RomActions – Réseau de solidarité avec les roms de Saint Etienne – Romeurope Val de Marne - Secours catholique - SICHEM (Service de Coopération Humanitaire pour les Etrangers et les Migrants) - Une famille un toit 44 - URAVIF (Union régionale des associations voyageurs d'Ile-de-France) Et les Comités de soutien de Montreuil, du Nord-ouest parisien, de St Michel-sur-Orge, de Meudon, le Collectif nantais Romeurope, le Collectif Rroms des associations de l'agglomération lyonnaise, le Collectif de soutien aux familles roms de Roumanie, le Collectif des sans papiers de Melun et le Collectif dijonnais de soutien aux Roms.

 

Visiter le site de Romeurope 

Published by Jean-Charles Champagnat actu-droitsenfant.over-blog.com - - éducation

 

inondations pakistanLe Pakistan est confronté aux pires inondations de son histoire. Ces trois dernières semaines, des pluies torrentielles ont provoqué de brutales inondations en divers points du pays.

Plus de 12 millions de personnes sont aujourd’hui frappées dont la moitié sont des enfants et plus de 650.000 maisons se sont effondrées, principalement dans les villages. Des milliers d’hectares de cultures sont perdus. Fermes, bétail (vaches, chèvres...), mobilier, vêtements, chaussures et autres biens sont noyées.

Les villageois se retrouvent sans eau potable, sans aliments, sans abris. La situation des femmes et des enfants est particulièrement difficile et il y a un besoin urgent de nourriture.

Des maladies se propagent rapidement du fait, notamment, de la pollution des eaux : grippe, fièvres, diarrhées, choléra...

 

Pour faire un geste de solidarité : http://www.aidez.org/

 

JCC

 

Published by Jean-Charles Champagnat actu-droitsenfant.over-blog.com - - solidarité

 D Versini2

Le Défenseur des enfants Dominique VERSINI rappelle la secrétaire d'Etat à la Famille à ses fonctions en lui demandant de s'assurer du respect de la Convention internationale des Droits de l'enfant, ratifiée par la France.

 

Quelle est votre sentiment après les déclarations de Nadine Morano sur la situation des enfants Roms scolarisés dans la métropole ?

 

- Je rappelle que Nadine Morano est secrétaire d'Etat à la Famille et qu'à ce titre elle se doit de prendre en compte l'intérêt supérieur des enfants qui est au cœur de la Convention internationale des Droits de l'enfant.

 

Dans la dite convention, l'intérêt supérieur des enfants doit être cœur des décisions prises par les pouvoirs publics.

 

Cela dit, Nadine Morano mélange plusieurs sujets. D'une part, elle confond les enfants des gens du voyage et les enfants de Roms. D'autre part, elle confond les mineurs étrangers isolés et les enfants roms qui sont entrés sur le territoire français en compagnie de leurs parents ou membres de leurs familles. Les premiers doivent être placés sous protection de l'aide sociale à l'enfance et ce sont eux qui font l'objet de l'accord franco-roumain.

 

Justement que pensez-vous de cet accord ?

 

- Je ne suis pas du tout d'accord avec la nouvelle forme de cet accord. J'avais fait signer en 2004 le premier accord lorsque j'étais membre du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin. Celui-ci visait à placer les enfants roumains présents seuls sur le territoire sous la protection du juge des enfants le temps de mener une enquête dans le pays d'origine pour s'assurer de la présence sur place de la famille ou de lieu adapté pour les recevoir. Et donc d'accepter leur retour en Roumanie uniquement si l'enfant est d'accord et si le juge des enfants français a l'assurance que l'enfant sera accueilli dans les conditions prévues par la convention internationale des droits de l'enfant.

 

La base de cet accord était donc la protection de l'enfant isolé par le juge des enfants. Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur, avait à l'époque participé aux négociations de cet accord lors d'un déplacement commun en Roumanie.

 

L'esprit de cet accord a été aujourd'hui complètement changé. Dans le cadre de son renouvellement, il est prévu de supprimer l'obligation de placer l'enfant sous la protection du juge des enfants. S'il était ratifié par le parlement français, le parquet, sous l'autorité directe du pouvoir exécutif, pourrait décider de la reconduite d'enfants roumains isolés sans saisir le juge des enfants qui est garant du respect des droits de l'enfant pour son retour en Roumanie.

 

Je suis contre le renouvellement de cet accord sous cette forme dans la mesure où cela équivaudra, dans certains cas, à des reconduites déguisées.

 

Et la reconduite des Roms avec enfants ?

 

- Concernant la reconduite des familles Roms avec enfants, il me parait prioritaire de déterminer si l'enfant est bien en compagnie de ses parents ou responsables légaux et dans le cas contraire de le placer sous protection du juge des enfants. Quant aux reconduites dites "volontaires", les pouvoirs publics s'honoreraient de vérifier que les droits fondamentaux des enfants seront bien respectés dans le pays de retour (école, santé ...).

 

Source : nouvelobs.com

 

Published by Jean-Charles Champagnat actu-droitsenfant.over-blog.com - - éducation

 

omar khadr.jpegLe procès d’Omar Khadr, à peine débuté à Guantanamo (prison tristement célèbre située sur l’Ile de Cuba et créée par le gouvernement Bush), vient d’être reporté d’un mois suite à l’évanouissement de son avocat.

 

 Ce procès n’est pas seulement l’un des tout premiers tribunaux militaires d’exception de l’ère Obama, c’est aussi celui d’un enfant soldat. Le Gouvernement américain sera ainsi le premier gouvernement de l'histoire moderne à juger un enfant-soldat pour crimes de guerre.

 

Omar Khadr, fils d’un haut responsable d’Al-Qaïda mort en 2003, a passé son enfance entre le Canada, le Pakistan et l’Afghanistan. Ce jeune canadien  a été capturé par l’armée américaine en Afghanistan alors qu’il était grièvement blessé. C’était en juillet 2002 et il avait 15 ans.  Il est accusé d'avoir lancé une grenade qui avait tué un soldat américain, le sergent Christopher Speer. Après avoir été soigné à Bagram, le jeune Canadien a été emprisonné à Guantanamo. Incarcéré au milieu des adultes, dans des conditions déplorables, il aura ainsi passé le quart de sa jeune vie en prison où il aurait été exposé à des traitements cruels et inhumains.

 

Ce cas, sans précédent, remet gravement en cause les droits de l’enfant dans les conflits armés et la procédure légale en direction des mineurs inscrits dans la convention internationale des droits de l’enfant (CIDE).

 

En 2010, 300 000 enfants dans 44 pays de la planète, dont certains n'ont pas plus de 8 ans, participent directement aux conflits. Ils sont soldats ou porteurs contraints de travailler. Certains autres ont appris à tuer et à torturer. Si leur nombre global reste stable, les pays ayant recours aux services de ces gamins sont eux de plus en plus nombreux.

 

Chair à canon dans les conflits armés, les enfants-soldats sont aussi démineurs, espions, porteurs, esclaves sexuels, gardiens des exploitations de pétrole ou de diamants finançant les rébellions d'Afrique... C’est le cas en Afghanistan, où des enfants sont non seulement envoyés se battre l'arme au poing, mais parfois ils sont parés d'explosifs et utilisés comme bombe humaine pour commettre des attentats-suicides.

 

Même si les Etats- Unis n’ont pas ratifié la CIDE, ils ont été des leaders dans la lutte contre l'utilisation des enfants-soldats. Ils ont même adhéré au Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés (voir).  Selon les normes de ce protocole, les enfants soldats doivent être traités avant tout comme des victimes.

 

Ce qui encore plus surprenant, c’est le silence assourdissant du Canada puisqu’Omar est l’un de ses ressortissants. Pourtant, le gouvernement canadien était au courant de sa situation depuis 2004, mais il ne l'a pas rapatrié. Le Canada est reconnu comme  l’un des pays les plus en pointe an matière de défense des droits de l’enfant…

 

Je crains que ce procès encourage les Etats, les différentes factions armées et autres groupuscules paramilitaires qui utilisent des enfants soldats, car ils se trouvent ainsi dégagés de toute responsabilité. En outre, il ouvre la voie à l’emprisonnement et aux procès pour crimes de guerre de centaines de milliers d'enfants-soldats partout dans le monde.

 

 

Omar khadr, qui a aujourd’hui 23 ans, encoure la prison à perpétuité.

 

En savoir plus sur les enfants soldats : cliquer ici 

 

JCC 

Published by Jean-Charles Champagnat actu-droitsenfant.over-blog.com - - enfants soldats

enfants romsEn France, plusieurs milliers d’enfants Roms ne vont pas à l’école. C’est aussi le cas pour nombre d’enfants appartenant à la communauté des gens du voyage.

 

Ces enfants ont pourtant droit à une éducation comme tous les enfants en France. Pour beaucoup d’entre eux, leurs droits à la santé, à la protection sociale et à un logement décent ne sont pas non plus respectés. Selon le Collectif pour le droit des enfants Roms à l’éducation, les 5 000 à 7 000 enfants Roms présents en France aujourd’hui sont arrivés ou arriveront à l’âge de 16 ans sans avoir jamais été ou presque à l’école. Les discours actuels qui tendent à globaliser les situations recouvrent des réalités très différentes entre des populations roms arrivées récemment d’Europe de l’est et les gens du voyage, pour la plupart Français et sédentarisés. En outre, ces interventions multiples et les actions en cours de démantèlement de camps et d’expulsion engendrent encore plus de stigmatisation et de discrimination pour les enfants appartenant à ces communautés, qui sont déjà en situation de grande précarité.

 

Comme je l’indiquai sur mon site Internet (voir), le Comité des droits de l’Enfant (instance dépendant de l’ONU) avait alerté la France sur « la discrimination dont sont victimes les enfants appartenant à des groupes minoritaires, en particulier les Roms et les gens du voyage, notamment en ce qui concerne les droits économiques, sociaux et culturels y compris le droit à un logement convenable, à un niveau de vie suffisant, à l’éducation et à la santé » sur son territoire.

 

La situation, faite aux enfants Roms, est en totale contradiction avec la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) que la France a pourtant ratifiée.

 

Aujourd’hui, l’intervention, sur Europe 1, de Nadine Morano, Secrétaire d’Etat à la famille n’est pas faite pour arranger les choses tant elle est porteuse de poncifs, d’amalgames et de « simplicité » dans l’analyse.

 

Même s’il ne faut pas nier qu’il existe effectivement des difficultés, et que les enfants de certains parents Roms sont utilisés à des fins mercantiles, ce n’est pas en renvoyant ces enfants dans des pays où leur situation serait encore pire, que la France réglera le problème. Elle devrait au contraire agir sur les causes de cette extrême pauvreté et garantir l’accès de tous les enfants à l’éducation quelle que soit leur origine. C’est la seule voie pour véritablement intégrer ces enfants et leur offrir un avenir moins sombre qu’aujourd’hui.

 

JCC 

Published by Jean-Charles Champagnat actu-droitsenfant.over-blog.com - - éducation

Hébergé par Overblog