Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

candidats-2012.jpg6 candidats à l’élection présidentielle - François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, François Hollande, Eva Joly, Jean- Luc Mélenchon et Nicolas Sarkozy  - ont répondu à l’appel de l’UNICEF (voir article précédent). Ils expriment leur soutien à la démarche de l’ONG, et mettent en avant leurs réalisations ou leurs projets sur les diverses thématiques abordées dans le Manifeste pour l’Enfance. Pour autant, leurs programmes respectifs ne reprennent pas l’ensemble des propositions de l’Unicef France en matière de politique de l’enfance et de l’adolescence.

 

Ainsi, sur la proposition phare de créer un ministère dédié, seul François Bayrou s’y engage formellement, tandis que Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly s’y déclarent favorables en principe. « A la lecture de ces lettres et des programmes, nous constatons que les candidats continuent majoritairement de traiter des différents domaines touchant à l’enfance – accueil de la petite enfance, école, justice des mineurs, protection des mineurs isolés étrangers, situation des enfants dans les Départements d’Outre-mer, etc. – de manière segmentée, sans vision transversale et cohérente des problématiques qui s’y rapportent », déplore UNICEF France.

 

Par ailleurs, alors que 2 millions de moins de 18 ans vivent en dessous du seuil de pauvreté, l’Unicef France regrette qu’aucun candidat ne s’exprime par rapport à la demande de création d’un droit à la compensation de la pauvreté chez les enfants

 

L’Unicef France constate également avec inquiétude que plusieurs programmes remettent en cause la spécificité de la justice des mineurs, ou se focalisent sur le volet répressif et les structures d’enfermement des mineurs, au détriment des politiques préventives. Sur la question des mineurs étrangers, et notamment des mineurs isolés étrangers, l’Unicef France appelle aussi tous les candidats à respecter dans leur programme les principes de la Convention internationale des droits de l’enfant.

 

Pour ma part, je prépare un comparatif des programmes des 10 candidats officiels relatif à la prise en compte des droits de l’enfant dans leur programme. A voir très bientôt sur www.droitsenfant.com.

 

JCC

 

(source : communiqué UNICEF France)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enquête

sidactionLe Sidaction 2012, qui démarre aujourd’hui pour trois jours, relayé par 14 chaînes de télévision et 3 radios, a souhaité cette année revenir à une « campagne de mobilisation » pour rappeler que le sida « est l'affaire de tous ». C’est aussi l’occasion de faire un point sur cette pandémie qui affecte particulièrement les enfants et les jeunes.


34 millions de personnes vivent aujourd'hui avec le VIH dans le monde. Les jeunes de 15 à 25 ans représentent plus d’un tiers des séropositifs de la planète, soit plus de dix millions de personnes. Parmi les victimes de la pandémie, on peut ajouter les dix millions d’orphelins du sida qui doivent vivre seuls parce que leurs parents ont succombé au virus.


L’Afrique, et particulièrement le sud-est du continent affichent les chiffres les plus terribles. Par exemple, au Botswana, dans la tranche d’âge 15 à 24 ans, une jeune femme sur trois et un jeune homme sur sept sont infectés par le VIH. En Afrique du Sud, au Lesotho ou bien encore au Zimbabwe, une jeune femme sur quatre et un jeune homme sur dix sont contaminés.


En France, 150.000 personnes vivent avec le VIH et plus de 6.000 découvrent leur séropositivité chaque année. Parmi elles, 1 500 développent la maladie . 12% ont moins de 25 ans et 18% plus de 50 ans.


On peut donner par téléphone au 110, numéro gratuit qui restera ouvert jusqu'au 11 avril, en ligne (www.sidaction.org), ou par SMS en envoyant le mot « DON » au 33.000.


Et bien sûr : protégez vous !


JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives

petit laveurLe Conseil économique et social de la Ligue arabe, réuni en début de semaine à Bagdad (Irak) au niveau des ministres de l’Économie et des finances, a adopté la « Déclaration de Marrakech » ayant sanctionné les travaux de la 4ème conférence arabe de haut niveau sur les droits de l'Enfant, tenue en 2010 au Maroc (voir article précédent). Elle plaide principalement pour la prise de mesures et de dispositions allant dans le sens d'atténuer le phénomène du travail des enfants de moins de 15 ans.


Aux termes de cette Déclaration, les pays arabes s'engagent, pendant les cinq prochaines années, à promouvoir la situation de l'enfance. Cette déclaration, qui sera soumise aux chefs d’État, est de nature à contribuer à la coordination des efforts déployés en faveur de l'enfance et d'assurer son financement par les organisations internationales et régionales, ainsi que par le secteur privé et la société civile.


Le 4ème Congrès arabe de haut niveau des droits de l'enfant, qui avait regroupé en décembre 2010 les ministres arabes en charge de l'enfance, des experts et des représentants des ONG, avait insisté sur « la nécessité d'activer les législations et les lois visant la protection de l'enfant contre toute forme d'exploitation, de violence et de mauvais traitements, ainsi que l'incrimination des atteintes à ses droits ».


La « Déclaration de Marrakech » a aussi appelé à « soutenir les observatoires et les centres de protection de l'enfance, coordonner les actions de lutte contre les violences à l'égard des enfants et encourager les études comparées entre les États arabes ».


Pour ce qui est des enfants arabes sous occupation israélienne - en Palestine, au Golan (Syrie) et au sud Liban - la « Déclaration de Marrakech » a estimé nécessaire « l'adoption d'un plan d'action relatif à la protection de ces enfants et à la défense de leurs droits, qui sont universellement reconnus par les chartes et conventions internationales ».


JCC


(source : Aufait)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - travail des enfants

enfant syrieLa Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, vient de déclarer que le régime Syrien s'en prenait délibérément et systématiquement aux enfants. « Ils s'en prennent aux enfants – quels que soient leurs objectifs – qui sont arrêtés par centaines et torturés (...). On leur tire dans les genoux, on les emprisonne avec des adultes dans des conditions inhumaines, on leur refuse tout traitement médical pour leurs blessures, ils sont détenus comme otages ou comme sources d'information


Par ailleurs, l'ancienne présidente du Tribunal pénal international pour le Rwanda estime : « qu'il existe suffisamment de preuves démontrant que ces crimes sont commis par les forces de sécurité et ont nécessairement reçu l'approbation ou la complicité du pouvoir au plus haut niveau» indiquant que le président syrien avait le pouvoir de faire libérer les centaines d'enfants emprisonnés et de faire cesser les massacres par un simple ordre présidentiel.


De son côté, L’ONU dénonce l’utilisation des enfants comme soldats dans les rangs de l’opposition sans pour autant avoir pu « vérifier la véracité de ces faits ».


JCC

(source : HCNDH)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enfants face à la guerre

ethiopie_norvege.jpgL’expulsion programmée de 450 enfants d’origine éthiopienne fait polémique en Norvège. En effet, un accord signé le 26 janvier avec la République Fédérale d’Ethiopie permet au gouvernement norvégien d’expulser plus facilement les réfugiés dont la demande d’asile a été rejetée.

Nombre de ces enfants sont nés sur le sol norvégien ou ont vécu la majorité de leur vie dans des centres d’accueil alors que leurs parents attendaient le résultat de leur demande d’asile. La plupart vont à l’école, parlent norvégien et ne connaissent pas leur pays d’origine, précise l’ONG « Human Rights Watch » qui a dénoncé l’affaire.

Politiques, artistes, écrivains, militants des Droits de l’Homme, responsables syndicaux et religieux s’indignent de la politique d’immigration du gouvernement et exigent que les enfants et leurs parents ne soient pas expulsés.

En parallèle, la Norvège a augmenté les aides économiques en faveur de l’Ethiopie un mois avant la signature de l’accord. De nombreux pays comme la Suède ont, au contraire, diminué leurs subventions à l’Ethiopie en raison du non-respect des Droits de l’Homme. Bien que le gouvernement nie tout lien entre cette augmentation et l’accord sur l’immigration, le rapprochement de ces deux évènements diplomatiques n’a fait que raviver la polémique. Human Rights Watch  ne pense pas que « cela soit une coïncidence».

Le Haut Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR), Amnesty International et d’autres organisations dénoncent les violations des Droits de l’Homme et de l’enfant.

JCC

(source : Human Rigths Watch)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - immigration

trayvon.jpgLe ministère de la Justice et le FBI viennent d’ouvrir une enquête après le meurtre de Trayvon Martin, un adolescent de 17 ans. Le 26 février, alors qu'il rentrait chez lui après avoir acheté des sucreries, Trayvon a été abattu par George Zimmerman, qui effectuait des rondes de surveillance dans son quartier, une zone résidentielle.


Trayvon Martin vivait à Miami mais se trouvait en visite à Sanford (Floride). Il avait acheté des bonbons et du thé glacé dans une épicerie et allait rentrer chez le père de sa fiancée, la capuche relevée à cause de la pluie, lorsque George Zimmerman l'a approché.


Les parents de Trayvon Martin et des militants des droits civiques exigent l'arrestation de George Zimmerman le meurtrier présumé. Car ce dernier est toujours en liberté protégé par la législation de Floride sur la légitime défense. Le texte « Stand your ground » (défendez votre espace), fortement soutenu par le puissant lobby des armes la « National Riffle Association » (NRA), autorise en effet un citoyen à utiliser une arme mortelle en cas d’agression. C’est d’ailleurs à ce titre que le meurtrier n’a toujours pas été arrêté. Il a déclaré au central de la police qu'il trouvait le jeune homme suspect, l'a pris en chasse, s'est battu avec lui et l'a tué par balle. Il affirme que l'adolescent l'a attaqué alors qu'il avait renoncé à le rattraper et regagnait sa voiture. L'enregistrement des appels d'urgence montre qu'un policier lui a demandé d'abandonner la poursuite.


Les parents de Trayvon Martin et des organisations de défense des droits civiques ont lancé une grande campagne, largement relayée par les réseaux sociaux sur Internet, pour l'arrestation de George Zimmerman, Lors des manifestations, de nombreux participants portaient la capuche, comme l'adolescent tué. Une pétition en ligne demandant l'interpellation du meurtrier a recueilli plus de 1,2 million de signatures


De son côté, le Président OBAMA a demandé que « tout soit mis en œuvre pour comprendre cette affaire » relançant ainsi le débat sur la circulation des armes et l’existence de milices privées aux Etats-Unis.


JCC


(source : France 24 – Photo : Trayvon Martin)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - discrimination

logovilleamieenfants.jpgCréé en 2002 par l'Unicef et l'Association des maires de France (AMF), le réseau des villes amies des enfants fête son dixième anniversaire. Il a été marqué par une grande manifestation le 14 mars à l'hôtel de ville de Paris avec tables rondes, accueil des 17 collectivités territoriales ayant rejoint le réseau en 2011 et signature d'une nouvelle convention de partenariat liant l'Unicef France et l'AMF « pour inscrire durablement l'initiative ville amie des enfants sur le territoire français ». Cet anniversaire marque aussi la réussite d'un réseau qui regroupe aujourd'hui 224 villes françaises.

Le point commun des adhérents du réseau est la décision de leur conseil municipal de s'engager en faveur des enfants, en France mais aussi au plan international, en soutien des initiatives de l'Unicef. Les villes adhérentes prennent ainsi un certain nombre d'engagements portant, par exemple, sur la promotion de l'éducation des enfants et des jeunes au civisme et leur insertion dans la vie de la cité par leur participation à des structures adaptées où ils sont écoutés et respectés, ou encore sur la volonté de rendre sa ville toujours plus accueillante et accessible aux enfants et aux jeunes et d'améliorer leur sécurité, leur environnement, leur accès à la culture et aux loisirs. La dimension internationale consiste à promouvoir la convention internationale relative aux droits de l'enfant, à faire mieux connaître la situation des enfants dans le monde et à développer un esprit de solidarité internationale. Les villes membres du réseau s'engagent également à célébrer la Journée internationale des droits de l'enfant, le 20 novembre de chaque année.

La prochaine étape importante du réseau devrait se situer en 2014 puisque ce sera la réactualisation des dossiers de participation des villes amies des enfants à l’occasion des élections municipales. Face à la montée en charge de l'intercommunalité, le réseau a également engagé une réflexion sur les conséquences du transfert de la compétence enfance et jeunesse au niveau d'un établissement public de coopération intercommunale (EPCI).

JCC

(source : UNICEF)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - divers

centre_belgique.jpgC’est à l’occasion d’une campagne visant à lutter contre l’enfermement des enfants étrangers que des ONG belges de défense des droits de l’enfant ont dénoncé le retour de la pratique de l’enfermement d’enfants étrangers dans les centres fermés de Belgique.


L’Unicef, La Ligue des droits de l’homme, la Plate-forme Mineurs en exil et le service Droit des Jeunes, ont demandé « l’interdiction de la détention migratoire des enfants », pratique qui avait disparu depuis 2009. Les organisations rappellent que la ministre de la Justice s’était engagée en 2008 à ce qu’il n’y ait plus d’enfants dans les centres fermés.


Les ONG belges ont également affirmé que l’enfermement d’enfants est contraire aux droits qui leur sont reconnus, entre autres, dans la Convention internationale relative aux droits de l’enfant. La Coordination de la plate-forme Mineurs en exil rappelle que « le législateur escamote les trois condamnations de la Belgique par la Cour européenne des droits de l’Homme pour la détention d’enfants ayant entraîné un traitement inhumain et dégradant ».


En France aussi... Depuis lundi, une famille de Roms a été placée au centre de rétention administrative de Lyon St Exupéry. Parmi eux : quatre enfants, dont un bébé de 6 mois. Pourtant, la France vient d’être condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme pour avoir enfermé des enfants.

JCC


(source : Vif.be – photo : Michel Tonneau)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - immigration

eau potableL’objectif de cette Journée mondiale de l’Eau 2012 est de démontrer que l’Eau et l’Alimentation sont intimement liées à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement, du producteur au consommateur.

 

Au plan mondial, la question de l’approvisionnement en eau devient de plus en plus préoccupante.

 

Depuis la promulgation de la Convention des Droits de l’Enfant en 1989, la situation, quoique meilleur qu’il y a vingt deux ans, reste dramatique : 4 millions d’enfants meurent avant 5 ans parce qu’ils sont mal nourris. Dans les pays en voie de développement, plus d'un milliard d'habitants n'ont pas accès à l'eau salubre et près de 3 milliards de personnes (plus de la moitié de l'humanité) ne sont pas équipées de systèmes d'assainissement. Près de 3 millions d'enfants meurent chaque année de maladies dues au manque d'hygiène et douze millions d’entre eux meurent victimes de pneumonie, de diarrhée et autres maladies évitables. Pourtant de simples mesures d'hygiène, d’accès à l’eau potable, d’alimentation suffisante ou d’allaitement maternel pourraient sauver de nombreuses vies.

 

Une fois de plus, on constate des inégalités entre les pays du Nord et les pays du Sud.. Trop de gens n’ont pas accès à l’eau tandis qu’un peu moins la gaspillent n’importe comment. Des actions peuvent être menées pour économiser l’eau et assurer la sécurité alimentaire pour tous.

 

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - santé

Gabriel SANDLER, 4 ans
Arieh SANDLER, 5 ans
Et leur père Jonathan SANDLER, 30 ans
Myriam MONSONEGO, 7 ans

En guise d’hommage voici un texte auquel je souscris totalement.


« Une haine meurtrière défie désormais la France, sa République et sa campagne présidentielle. Précédée des meurtres de militaires à Toulouse et Montauban auxquels elle serait reliée, la tuerie antisémite de Toulouse est peut-être l’œuvre d’un fou. Mais, dans ce cas, sa folie est d’époque. D’une époque où l’on s’habitue à diviser l’humanité plutôt qu’à la rassembler, où l’on attise les violences plutôt que d’apaiser la société. Et c’est cette folie qu’il importe de conjurer d’urgence, en convoquant la raison contre la peur et la fraternité contre la haine. »


Edwy PLENEL

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - divers

Hébergé par Overblog