Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

cantineLe Défenseur des droits, Dominique Baudis, lance à l'occasion de la rentrée scolaire « une enquête sur la question de l'accessibilité des cantines des écoles publiques ». Elle s'adresse aussi bien « aux usagers (enfants et parents) qu'aux acteurs et aux animateurs des lieux de restauration scolaire ».


Ce thème de l'accessibilité aux cantines concerne plusieurs sujets comme l'accès aux bâtiments pour les handicapés, l'égalité des droits pour bénéficier de la cantine, le contenu des menus ou le problème des enfants allergiques.


Après analyse, les résultats de cette enquête permettront au défenseur des droits d'élaborer un projet de « charte » ou de recueil de recommandations juridiques et pratiques, utile aux parents comme aux élus.


En 2011, le sujet de la cantine scolaire était présent dans environ 20 saisines adressées au Défenseur des droits. Il y a eu par exemple des cas de communes refusant la cantine pour des enfants de parents au chômage, au foyer ou de parents sans papiers (voir article précédent).


Pour témoigner sur les conditions d'accès et les services rendus par les cantines, toutes les personnes concernées sont invitées à écrire ou à saisir le Défenseur des droits par l'intermédiaire du site Internet : http://www.defenseurdesdroits.fr.


JCC


(source : Défenseur des droits)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enquête

arche zoeLa Communauté est-africaine (CEA) tiendra pour la première fois un sommet portant sur les droits des enfants, du 3 au 5 septembre au Burundi.


La rencontre devrait rassembler quelque 200 participants, y compris les ministres en charge des Affaires sociales ou de l'enfance des pays membres de la CEA : Burundi, Rwanda, Tanzanie, Ouganda et Kenya, des dirigeants des organisations internationales suivant les questions des enfants, comme le Fonds des Nations Unies pour l' Enfance (UNICEF), ceux de la société civile et des enfants ressortissants des pays de la CEA.


Selon ses organisateurs, cette conférence « s'inscrit dans la droite ligne des objectifs de l'Acte Fondateur de la CEA, à savoir la promotion de la bonne gouvernance, le développement socio- économique et la protection des droits de la personne humaine dont ceux des enfants ».


Le débat devrait porter sur la protection des droits des enfants de cette région africaine, mais aussi sur certains défis que ces pays doivent relever : la gestion des orphelins des conflits armés et de la pandémie du VIH-Sida, les enfants handicapés, les enfants de la rue, etc.


Le sommet devrait adopter des résolutions et recommandations allant dans le sens du développement d'un cadre légal et réglementaire au sein de la CEA en ce qui concerne la protection des droits des enfants.


JCC


(Source : communiqué CEA)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives

julie&melissaHier, la justice belge a décidé la libération de l'ex-femme et complice de Marc Dutroux. Elle devrait s'installer au couvent des clarisses à Malonne près de Namur, où elle fera sa réinsertion sociale.


Elle aura donc passé 16 ans en prison. Elle avait été condamnée à 30 ans pour avoir enlevé et séquestré des enfants et avoir laissé mourir de faim deux fillettes de 8 ans : Julie et Mélissa (photo).


Un projet de réinsertion sociale accompagne cette mise en liberté. Il prévoit qu'elle reste à l'intérieur du couvent autant que possible le temps de sa libération conditionnelle. Elle n'a pas le droit de se rendre dans la région de Liège et au Luxembourg, où vivent les familles des victimes.

Michelle Martin sera surveillée jour et nuit par une équipe de quatre policiers. Cette opération devrait coûter environ 120.000 euros par mois aux contribuables belges. Une somme qui provoque un autre débat autour de cette affaire.


En effet, l’annonce de sa libération a provoqué un vif émoi dans ce pays durablement marqué par « l'affaire Dutroux », la pire affaire criminelle de son histoire récente qui, au-delà de l'horreur des faits, avait mis en lumière de profonds dysfonctionnements au sein de la police et de la justice. Le débat fait rage dans l’opinion publique entre les tenants de l’application stricte de la loi et ceux qui voudraient la voir évoluer vers plus de fermeté.


Quant aux familles des victimes, elles ont une seule hantise : que cette libération soit le premier pas vers une éventuelle libération de Marc Dutroux, condamné à la perpétuité.


JCC


(sources RTBF et VIF.be )

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

Bonne nouvelle : le nourrisson a été retrouvé sain et sauf.

L'alerte enlèvement est donc levée.

Bonne journée

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Enfants disparus et recherchés

Un nourrisson de sexe masculin a été enlevé cette nuit dans la maternité de l'hôpital Saint-Joseph à Marseille (Bouches-du-Rhône).

La suspecte est âgée d'environ 25-30 ans, de taille moyenne, de type méditerranéen ou maghrébin, cheveux-mi-longs châtain foncé, ayant un grain de beauté apparent ou une tâche sur la joue droite.

L'enfant a été enlevé avec une couverture rose.


Si vous avez une information permettant de localiser l'enfant ou son ravisseur, n'intervenez pas vous-mêmes, appelez immédiatement :

 

le n° vert 0805.200.200 ou adressez un courriel à alerte.enlèvement@interieur.gouv.fr.


Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Enfants disparus et recherchés

eglise pedoL'Eglise veut sans doute redorer son image, qui a été ternie par de nombreuses affaires de pédophilie. Aussi, elle va mettre en place des leçons de prévention pour ses séminaristes. Une commission interdiocésaine vient d'être mise sur pied pour déterminer plus précisément le contenu de ces cours.


Ainsi, avant leur ordination, les jeunes prêtres devront suivre des cours « anti-pédophilie » qui seront dispensés par des psychiatres. Pour l'Eglise, il s'agit avant tout d'une réflexion globale sur la prévention des abus sexuels. Toutes les personnes en contact avec des jeunes participeront à des séances d'information y compris les prêtres.


« Les candidats prêtres doivent aussi être très bien informés de ce qui se passe, des enjeux pédagogiques derrière. La question qui fait peur à tout le monde aujourd'hui des abus sexuels et qu'il faut absolument prévenir », indique le porte-parole des évêques de Belgique.


Ces séances s'inscriront dans le cadre de la commission interdiocésaine pour la protection des enfants et des jeunes. Une instance crée par l'Eglise pour tenter d'éviter tout problème de pédophilie.


Au premier abord l’idée semble bonne, mais tous les intervenants dans ce type d'affaires savent bien que, dans ce genre de pathologie, il est impossible d'éviter de passer à l'acte parce qu'on aura suivi un cursus de formation...


JCC


(Source : RTBF)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

enfants romsAlors que vient de se tenir une réunion interministérielle sur les questions d’intégration des populations roms en France, l’UNICEF France appelle « instamment le gouvernement à prendre en compte l’intérêt de l’enfant dans toute politique et actions entreprises ».


Très préoccupé par les conséquences des démantèlements des camps effectués ces dernières semaines sur les enfants et leurs familles, l’UNICEF France réaffirme que le respect des droits de l’enfant, tels que décrits dans la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), ratifiée par la France, doit primer dans les décisions politiques prises.


« L’accès à l’école et à la santé, ainsi que la non-discrimination, sont des droits fondamentaux qui sont gravement mis à mal lors des démantèlements des camps », indique l’UNICEF.


L’UNICEF France accueille positivement le fait que la scolarisation des enfants Roms ait été soulignée comme un enjeu majeur lors de la réunion interministérielle mais restera très attentif à ce qui sera concrètement mis en œuvre. L’UNICEF France veillera également à ce qu’aucun démantèlement ne soit plus conduit dans les conditions inacceptables observées dernièrement.


Garant de l’application de la CIDE partout dans le monde, y compris en Europe, et présent dans les pays d’origine des enfants Roms (Roumanie, Bulgarie, Albanie, etc.), l’UNICEF avait déjà exprimé son indignation en 2010, face aux démantèlements des camps Roms et aux violations des droits de l’enfant qu’ils avaient entraînées.


Par ailleurs, l’UNICEF France a fait du respect des droits des enfants migrants une priorité dans son « Manifeste pour l’enfance » élaboré lors de l’élection présidentielle française, pour plaider en faveur d’une politique nationale respectueuse des droits de tous les enfants vivant sur le territoire national (voir article précédent).
JCC
(source : communiqué UNICEF)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - discrimination

rentree_scolaire.jpgC’est d’abord le journal en Ligne « Mediapart » qui pointe du doigt les inégalités de traitement des enfants et notamment des lycéens en BAC Pro. S’ils bénéficieront, via leur famille, de la hausse de 25 % de l’allocation de rentrée scolaire (ARS), qui a commencé à être versée ce 21 août, elle sera, selon le journal en ligne, insuffisante au regard du coût beaucoup plus élevé des besoins spécifiques de ces élèves.


Le journal dénonce une autre injustice concernant les familles monoparentales, qui ne disposent que d’une seule source de revenus, et qui ne sont pas spécifiquement prises en compte par l’ARS en étant traitées de la même façon que les couples.


Puis c’est l’association de défense des pères séparés « SOS Papa » qui déplore dans un communiqué que « l’Allocation de rentrée scolaire ne soit versée qu'à un seul parent, en général la mère, même en cas de résidence alternée des enfants ».


Selon cette association, « beaucoup de pères qui s’occupent de leurs enfants en résidence alternée se trouvent exclus par les CAF (Caisses d’allocations familiales) du bénéfice de cette aide » versée aux parents sous conditions de ressources pour aider aux achats de rentrée.


« L’ARS n’est pas versée aux pères qui feront la rentrée des classes avec leurs enfants et qui ont eu le bonheur de passer le mois d’août avec leurs enfants mais aussi de faire tous les achats de rentrée », indique SOS Papa.


Il est vrai que la CAF peut partager les allocations familiales en cas de résidence alternée. Ce n’est pas le cas de l’ARS.


La résidence alternée, instaurée en 2002, concerne aujourd’hui entre 15 et 20% des enfants de couples divorcés contre moins de 5% il y a dix ans, selon l’association « Enfance et Partage ».


L’ARS, qui bénéficie à près de 5 millions d’enfants et qui vient d'être revalorisée de 25%, va de 356,20 euro à 388,87 euros, selon l'âge de l’enfant.


JCC


(Sources : Mediapart, Enfance et Partage, SOS Papa)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - solidarité

alexandreAlexandre Junca allait avoir 14 ans lorsqu’il a disparu le 4 juin 2011, à proximité du domicile de son père, à Pau (Pyrénées Atlantiques).


Depuis un an (voir article précédent), les enquêteurs de la police judiciaire poursuivent leurs investigations. La découverte du fémur puis des restes du corps d’Alexandre, au mois d’octobre, a confirmé la piste criminelle et fait avancer l’enquête. Une dizaine d’enquêteurs reste mobilisée à temps plein sur ce dossier. Par ailleurs, il a fait l’objet d’une diffusion nationale et internationale, pour faire d’éventuels recoupements avec d’autres affaires, notamment sur le mode opératoire.


Du côté de la justice, l’affaire est suivie par deux juges d’instruction et par un procureur. Les enquêteurs ont ainsi effectué des centaines de vérifications de situations individuelles, avec des profils ciblés sur des critères objectifs (antécédents sexuels, violences sur mineur, problèmes psychiatriques…).


Mais il n’y a toujours pas eu de garde à vue. Et aucune scène de crime n’a été trouvée.


Un numéro vert (gratuit), 0 800 003 845, est toujours actif et l’enquête se poursuit.


Alexandre a été inhumé début juillet à Pau.


JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enquête

coran_brule.jpgLe Pakistan est secoué par la mise en détention d’une petite fille souffrant de trisomie 21. Rimsha, une jeune chrétienne âgée de onze ans, est en prison car elle aurait été vue tenant des versets du Coran brûlés. Au Pakistan, le blasphème est illégal et punissable de peine de mort.


Si la petite fille a immédiatement été conduite au poste de police d’Islamabad, c’est aussi parce que la population en colère a exigé que Rimsha soit arrêtée et punie. Les policiers sont rapidement intervenus de crainte de débordements.


La tension est telle que beaucoup de voisins de la petite fille vivant dans le quartier chrétien de la capitale pakistanaise ont préféré se réfugier quelques temps chez des amis dans d’autres quartiers de la ville, par peur des représailles.


Le Women's Action Forum (WAF), une des principales organisations pakistanaises de défense des droits des femmes, a condamné fermement cette arrestation. Elle réclame la libération immédiate de Rimsha.


Rimsha a comparu vendredi devant un tribunal et a été placée en garde à vue pour 14 jours. Elle devrait de nouveau comparaître d'ici la fin du mois d'août.


Devant l’émotion internationale suscitée par l’arrestation de cette petite fille, Le président Asif Ali Zardari a demandé au ministère de l’Intérieur de présenter un rapport sur cette affaire.


Au Pakistan, la législation contre le blasphème fait de toute diffamation de l’islam ou du prophète Mahomet des crimes punissables de la peine capitale.


Pour rappel, le Pakistan à signé et ratifié la Convention Internationale des Droits de l’enfant le 12 novembre 1990…


JCC


(Source : APT of India)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - peine de mort

Hébergé par Overblog