Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Angleterre : INTERPOL lance une « alerte mondiale enlèvement » pour retrouver un enfant malade

La police britannique travaille en collaboration avec les enquêteurs français afin de retrouver Ashya, un garçon de 5 ans, atteint d'une tumeur au cerveau, enlevé jeudi d'un hôpital britannique par ses parents et ceci contre l'avis des médecins. La famille britannique circule dans un monospace Hyundai gris immatriculé KP60HWK, selon le parquet. Interpol a diffusé vendredi à la demande des autorités britanniques une alerte mondiale aux 190 pays membres de l'organisation.

Un numéro vert a été mis en place en France: 0800 35 83 35. La procédure alerte à enlèvement n'a pas été enclenchée. Son lancement nécessite en effet l'accord des parents. Ces derniers ont enlevé leur enfant hospitalisé pour une tumeur au cerveau dans un établissement de Southampton (sud de l'Angleterre), jeudi vers 14 heures, (15 heures en France), selon un porte-parole de la police britannique. Ils ont ensuite « embarqué avec les six frères et soeurs d'Ashya à bord d'un ferry depuis Portsmouth à destination de Cherbourg (Manche) », en France, où ils sont arrivés vers 20 heures.

Ashya King « est très certainement dans un fauteuil roulant ou dans une poussette. Il ne peut ni communiquer ni bouger », précise la police britannique. Récemment opéré, l'enfant a besoin de soins médicaux constants. Si Ashya n'est pas retrouvé rapidement, sa vie pourrait être sérieusement mise en danger.Pour l'heure on ne connait pas les raisons de l'attitude des parents.

JCC

(Source : Gendarmerie Nationale)

Dernière minute : l'enfant a été retrouvé hier soir en Espagne. Il était avec ses parents. Un désaccord sur le traitement de l'enfant serait à l'origine de l'affaire.

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Enfants disparus et recherchés

Angleterre : nouveau scandale de pédophilie

L’Angleterre est à nouveau secouée par une affaire de pédophilie. A Rotherham, dans le Yorkshire, pas moins de 1 400 enfants ont été abusés sexuellement pendant 16 ans, de 1997 à 2013 selon un rapport publié sur le site de la municipalité de Rotherham. Attirées avec des cadeaux puis violées, frappées, menacées voire envoyées dans d'autres villes, les jeunes filles n'ont pas été accueillies ni secourues par la police et les autorités locales, qui n'ignoraient rien du scandale. En effet, les autorités et les services de protection de l’enfance auraient particulièrement manqué à leurs devoirs puisque malgré plusieurs signalements et dépôts de plaintes, les victimes n’auraient pas été prises au sérieux. Pire, certaines affaires auraient même été étouffées par la police.

La plupart des victimes abusées sont des jeunes filles âgées de moins de 16 ans au moment des faits. La plus jeune avait 11 ans. Elles sont décrites comme « des jeunes britanniques blanches », bien que les dernières victimes appartenaient à des minorités ethniques. Leurs agresseurs étaient eux des hommes faisant partie de la communauté pakistanaise.

Le rapport est le quatrième consacré aux affaires de viol de Rotherham ! Et rien n’a été fait car les policiers « ne croyaient pas les chiffres ». D’autre part, dans plus d'un tiers des cas, les enfants étaient connus des services sociaux.

Actuellement, la police du South Yorkshire travaille sur 32 enquêtes pour exploitation sexuelle, dans lesquelles au moins 15 personnes sont poursuivies ou accusées.

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

Un mineur de 13 ans a quitté son domicile de Labenne (Landes) et n'a plus donné de nouvelles depuis. Suivant l'alerte de disparition inquiétante mise en ligne par la gendarmerie, ce jeune garçon mesure 1,45 mètre, a les cheveux châtain clairs et courts, est mince, porte des lunettes de vue rouge et noir, un pantacourt couleur moutarde et un tee-shirt noir. Toute information utile doit être transmise directement au centre opérationnel de gendarmerie des Landes, via le numéro d'urgence 17.

Une cinquantaine de gendarmes sont à la recherche d'un bébé de 4 mois. La disparition du nourrisson a été signalée par ses parents mercredi 27 août à la gendarmerie de Chénérailles, dans la Creuse. Selon les parents, l’enfant aurait été enlevé par un individu qui a pris la fuite. Le parquet de Guéret n'a toujours pas qualifié les faits, refusant de se prononcer sur la piste d'un enlèvement ou d'une disparition. Le dispositif d'alerte enlèvement n'a d'ailleurs pas été déclenché. Toute information utile doit être transmise directement à la gendarmerie à Chénérailles, via le numéro d'urgence 17.

Dernière minute : l'enfant de treize a été retrouvé sain et sauf en fin de matinée. Il s'agissait d'une fugue.Le bébé a malheureusement été retrouvé décédé, probablement tué par ses parents.

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Enfants disparus et recherchés

France : Marie Derain, Défenseure des enfants, contrainte de démissionner

Jacques Toubon, le nouveau défenseur des droits, voulait garder ses trois adjointes , Marie Derain, Défenseure des Enfants, Françoise Mothes, chargée de la déontologie dans le domaine de la Sécurité, et Maryvonne Lyazid, chargée de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l'Egalité, qui avaient été choisies par son prédécesseur Dominique Baudis, décédé le 10 avril 2014 (voir article précédent).

Mais les dispositions de la loi, qui a créé le Défenseur des droits, contraignent le nouveau défenseur à se séparer de ses vice-présidentes. Jacques Toubon avait pourtant saisi le Conseil d’Etat cet été pour tenter de les garder, mais ce dernier a rendu un avis défavorable qui est d’ailleurs passé complètement inaperçu dans l’actualité estivale très chargée.

En conséquence, Jacques Toubon devra procéder à la désignation de nouveaux adjoints dans le courant du mois de septembre.

Je reviendrai dans un prochain article sur le bilan de Madame Derain.

JCC

(Source : communiqué Défenseur des droits)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - défenseur des enfants

France : les nouveaux rythmes scolaires vont peser sur le pouvoir d’achat des familles

La réforme des rythmes scolaires, qui en 2013 n'a été mise en place que dans 18 % des communes sur les 24 000 possédant au moins une école primaire, a eu des effets inattendus. C'est le constat qui ressort d'une étude publiée, la semaine dernière, par le site Internet « Yoopies », qui met en relation, moyennant un abonnement, baby- sitters, nounous, assistantes maternelles et parents.

Ce rapport repose sur l'exploitation du fichier des 150 000 baby-sitters enregistrées sur le site, qui doivent dans leur annonce indiquer obligatoirement leur tarif. Ces données ont ensuite été recoupées avec la carte des départements où plus de 50 % des enfants étaient concernées par l'application de la réforme dès 2013, établie par le syndicat d'enseignants « SNUipp-FSU ».

Une corrélation a été établie entre le passage à la nouvelle organisation, la hausse de la demande de baby-sitting, et la flambée des prix. Le rapport montre que « dans plusieurs départements, une augmentation des demandes de l'ordre de 30 % a été observée ».

Par ailleurs, nombre de communes ont d’ores et déjà annoncé que les « TAPS » (temps d’activités périscolaires) ne seraient pas gratuits.

JCC

(Source : Yoopies)

Voir le rapport

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - éducation

France : la rue fait aussi des victimes chez les enfants

C’est un scandale totalement méconnu, pourtant à l’heure où nos politiques se déchirent sur des concepts économiques, des enfants meurent de la rue dans l’indifférence générale. Cela se passe en France en 2014.

C’est le collectif « Morts de la rue » qui dénonce la situation dramatique des enfants de la rue dans un rapport publié aujourd’hui sur le site Internet de l’association (voir lien ci-dessous).

Le collectif a en effet recensé 454 personnes sans domicile fixe décédées en 2013. Parmi elles, l’association dénombre 25 enfants de moins de 15 ans. Il s’agit d’une forte progression par rapport à 2012. Elle s’explique par l’augmentation du nombre de familles hébergées par le 115 ou vivant dans des bidonvilles en périphérie des grosses agglomérations.

Les ¾ de ces enfants étaient en situation de rue ou vivaient dans des cabanes ou caravanes sur des terrains non autorisés (bidonvilles). Ces enfants avaient 4 ans en moyenne, et 5 étaient des nouveau-nés. La plupart de ces enfants sont nés en France et les autres en Roumanie et Bulgarie.

Ils sont morts principalement de cause externe accidentelle en raison de la dangerosité de leurs conditions de vie. D’autres sont décédés des suites de maladies qui auraient pu être soignées si elles avaient été prise en charge médicalement (pneumopathie, cardiopathies).

Bien que non recensées comme SDF, puisqu’ils habitent des bidonvilles, 10 enfants de la communauté Rom sont également décédés en 2013 des suites de leurs conditions de vie.

JCC

(Source : Collectif Morts de la rue)

Voir le rapport

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enfants des rues

France : hier, c’était la journée des oubliés des vacances

Après le 15 août, un enfant qui n’est pas parti en vacances, ne partira plus. C’est pourquoi, le Secours populaire organise les « Journées des oubliés des vacances ». En 1979, « Année internationale de l’Enfant », le Secours populaire français avait décidé de lancer dans toute la France ces journées pour permettre à tous les enfants de profiter d’un temps de vacances. C’est ainsi que depuis plus de 30 ans, partout en France, le Secours populaire français permet chaque année à des milliers d’enfants qui n’ont pas eu la chance de partir en vacances, de bénéficier d’une journée à la mer, à la montagne, au parc, au zoo, dans un parc d’attraction… Pour ces milliers d’enfants, ces journées représentent de vrais temps de vacances, de rencontres et d’émotions. Autant de souvenirs à raconter le jour de la rentrée.

C’est ainsi que Le Secours populaire Français et la ville de Berck (Nord) se sont unis hier pour accueillir au mieux familles et enfants qui ne peuvent pas partir en vacances. Cette année, ils étaient dix mille venus de la région du Nord, encadrés par 700 bénévoles. Une telle journée revient environ à 50 euros par personne. Mais chaque famille apporte une contribution de 5 € par membre pour bien montrer qu’il s’agit « de solidarité et non pas d’assistanat », précise le Secours Populaire sur son site internet.

Les 5 000 enfants venus de la région parisienne et de la Normandie se sont retrouvés eux sur les plages d'Ouistreham (Calvados). D’autres initiatives ont eu lieu partout en France.

JCC

(Source et photo : SPF)

Voir le site du Secours Populaire Français

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - solidarité

Ukraine : des dizaines de milliers d’enfants réfugiés

Toute guerre, clandestine ou non, justifiée ou non, a un prix. Un prix en vies humaines (près de 2 000 tués depuis le début des affrontements en Ukraine, et des milliers de blessés), mais aussi des milliers d’existences bouleversées.

Le haut-commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR) vient de révéler l'étendue du problème des réfugiés en Ukraine et sur le territoire de ses voisins. On dénombrerait aujourd'hui dans le pays plus de 515 000 personnes déplacées, dont 35% sont des enfants. 35 000 personnes ont fui la Crimée et les autres le Donbass, auxquelles s'ajouteraient plus de 400 000 personnes réfugiées en Russie depuis le début des troubles. Des chiffres impressionnants, fournis à l'UNHCR par les gouvernements impliqués.

Il est évident que les combats vont encore s'aggraver dans les jours qui viennent. Et que le problème des réfugiés risque de prendre les proportions d'une catastrophe humanitaire que l'Ukraine, déjà exsangue sur le plan économique, ne pourra résoudre seule.

Pour faire face, les autorités russes ont ouvert 400 camps d'accueil temporaire, la plupart situés dans la région de Rostov-sur-le-Don, frontalière de l'Ukraine. Ils abritent 22.000 personnes. Les réfugiés sont aussi hébergés dans des mairies, dans des familles russes ou dans des associations qui ont parfois des liens resserrés avec les rebelles prorusses.

Pour désengorger les régions frontalières, les autorités ont commencé à relocaliser les camps vers d'autres parties du territoire russe dépeuplées, comme en Russie centrale, avec l'espoir d'y ancrer ces populations. De plus en plus de familles viennent au complet, avec l'intention de rester en Russie. De ce fait, la procédure pour demander l'asile a été revue: au lieu de prendre trois mois, elle est désormais examinée en trois jours. Le nombre autorisé d'étrangers pouvait obtenir un permis de séjour temporaire a lui été multiplié par deux.

En l’absence de cessez-le-feu, l’afflux devrait s’amplifier. Selon les Nations unies, chaque jour plus de 2 000 personnes quittent l’est de l’Ukraine.

JCC

(Source : UNHCR)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enfants face à la guerre

Soudan du Sud : des milliers d’enfants recrutés comme soldats

La guerre civile qui déchire le Soudan du Sud, fondé en 2011 après des décennies de conflit avec Khartoum, s'est accompagnée de massacres ethniques. Elle a fait des milliers, voire des dizaines de milliers de morts, et chassé de chez eux plus de 1,5 million de Sud-Soudanais. Des milliers d’enfants ont été délibérément tués ou enlevés pour combattre dans le conflit qui dure près de huit mois.

Dans un communiqué, l’Union africaine (UA) indique que le conflit actuel peut être considéré comme une guerre exploitant les enfants du Soudan du Sud, dont la plupart sont en âge d’être scolarisés.

Selon le Comité africain composé de 11 membres d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant, plus de 900 enfants ont été enlevés. Des cas de viol des filles et des garçons ont été rapporté et dans la ville orientale de Bor, 490 enfants ont été retrouvés dans des fosses communes après des combats.

Ces combats ont éclaté en Décembre 2013, provoqués par une lutte de pouvoir entre le président Salva Kiir et son adjoint limogé Riek Machar, avec des batailles entre les troupes gouvernementales, des soldats mutins et les forces de la milice divisée par tribu.

L’impact des conflits des huit derniers mois sur les enfants est plus élevé que dans l’ensemble de la période de 21 ans au cours de laquelle la guerre d’indépendance était en cours.

Sur les 11 millions d’habitants du pays, près de 30% sont ou seront victimes d’une insécurité alimentaire grave. L’ONU par la voie du Conseil de sécurité a affirmé que le pays était sur le point de plonger dans une famine catastrophique. Selon l’organisme, la situation ans ce pays est la pire du monde.

JCC

(Sources : ONU et UA)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enfants soldats

Monde : aujourd’hui, c’est la journée mondiale de l’aide humanitaire

Peu d’attention est accordée aux travailleurs humanitaires, mais leur travail épuisant et parfois risqué est essentiel pour les millions de victimes de catastrophes naturelles ou causées par l’homme. La journée mondiale de l’aide humanitaire est organisée chaque année le 19 août pour célébrer ceux qui consacrent leur vie à aider les autres. Cette année, elle vise avant tout à célébrer l’esprit qui inspire le travail humanitaire et à rendre hommage aux milliers de personnes qui, au péril de leur vie, font preuve d’un dévouement et d’un courage remarquables pour venir en aide aux victimes de guerres et de catastrophes.

L’année 2014 connaît des crises majeures en Syrie, en République centrafricaine, au Soudan du Sud, en Irak, dans la bande de Gaza et en Ukraine, qui sont loin de s’atténuer. Au contraire, la crise syrienne, qui vient d’entrer dans sa quatrième année consécutive, est en train de déstabiliser ses pays voisins. En Somalie, au Soudan du Sud, au Mali et au Yémen, des crises alimentaires s’ajoutent aux conflits persistants et à l’érosion continue des services de base.

En 2013, 460 humanitaires (toutes organisations confondues, ONU, ONG et Croix-Rouge) ont été victimes d'incidents. Parmi eux, 155 ont été tués, 171 blessés et 134 kidnappés.

Par rapport à 2012, la hausse du nombre de victimes atteint 66%. En 2012, 274 humanitaires avaient été victimes d'incidents, dont 67 tués, 115 blessés et 92 kidnappés. Environ le 80% sont des employés locaux.

Quelque 251 attaques ont été commises dans 30 pays, dont les trois quarts ont été concentrées dans cinq zones de conflit: le plus grand nombre d'attaques a été enregistré en Afghanistan (80), devant la Syrie (43), le Soudan du Sud (35), le Pakistan (17) et le Soudan (16).

Cette tendance à la hausse se poursuit au début de 2014. Jusqu'à début août, déjà davantage de victimes ont été recensées que pour toute l'année 2012, selon l'ONU.

Les attaques dirigées contre les travailleurs humanitaires empêchent des gens désespérés de recevoir l’aide dont ils ont besoin pour survivre. Des enfants ne peuvent être vaccinés. Des malades et des blessés ne peuvent être soignés. Des déplacés et des réfugiés sont laissés sans nourriture, sans eau et sans abri, exposés à la violence, à la maladie et à d‘autres fléaux.

La Journée mondiale de l'aide humanitaire a été instaurée en mémoire des victimes de l'attentat perpétré contre le siège des Nations Unies à Bagdad en 2003, qui avait causé la mort de 22 personnes, dont le représentant spécial des Nations Unies en Iraq, Sergio Vieira de Mello.

JCC

(Source : ONU)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - solidarité

Hébergé par Overblog