Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

France : un rapport sur la situation des enfants autistes présenté au Comité de droits de l’Enfant de l’ONU

Sollicitée par la Comité des Droits de l’Enfant de l’ONU, l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) « Alliance Autiste » (association de personnes autistes ayant pour but l’entraide et la défense globale des autistes) a présenté un rapport sur la situation des enfants autistes au regard de la Convention des Droits de l’Enfant.

Dans ce rapport l’ONG analyse les différents blocages dans le système français (juridique, institutionnel, économique) qui défavorisent l’accès aux droits mentionnés par certains articles de la Convention, articles relatifs au handicap (services de santé, sécurité sociale), à l’éducation, à la discrimination et à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Elle propose des recommandations en fonction de l’état des lieux et des raisons qui conduisent à ces constats sur le terrain.

Ce rapport, complémentaire de celui présenté par l’Etat français, sera examiné le 11 juin 2015 par les 12 membres du Comité des Droits de l’Enfant du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU lors d’une session officielle d’examen de la France en 2016.

Par ailleurs, le Comité des droits des personnes handicapées de l’ONU organise le 15 avril une journée de discussion sur le droit à l’Education mentionné à l’article 24 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

JCC

(Source : Alliance Autiste)

Voir le rapport

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Autisme

France : la situation des enfants face aux SIDA

Ce week-end c’est le SIDACTION. L’occasion de rappeler que les enfants sont, une fois de plus, les premières victimes de cette pandémie. Et ils le sont a plus d’un titre soit par qu’ils sont infectés directement, soit parce qu’ils deviennent orphelins suite au décès de leurs parents.

Certes, près de 1,1 million d'infections au VIH chez les enfants de moins de 15 ans ont été évités, mais la disparité dans l'accès au traitement risque d'entraver les progrès vers la réalisation de l'objectif mondial de réduire de 90% les nouvelles infections chez les enfants.

Le nombre de nouveaux cas d'infections au VIH a diminué de plus de 50% entre 2005 et 2014, après que l'accès aux services pour la prévention de la transmission mère-enfant ont été assurés pour des millions de femmes enceintes séropositives.

L’ONUSIDA souligne que l'objectif mondial de réduction de nouvelles infections au VIH chez les enfants de 90% entre 2009 et 2015 est encore hors de portée. En 2014 seulement 72% des femmes enceintes vivant avec le VIH dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire ont reçu les médicaments antirétroviraux les plus efficaces pour la prévention de la transmission mère-enfant.

Parmi les personnes vivant avec le VIH dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, les adultes sont beaucoup plus susceptibles d'obtenir un traitement antirétroviral que les enfants. En 2014, 42% des adultes et jeunes âgés de 15 ans et plus ont eu accès au traitement, alors que seulement 28% des enfants âgés de moins de 14 ans y avaient accès.

La mortalité due au sida pour les adolescents est également une préoccupation majeure. Alors que tous les autres groupes d'âge ont connu une baisse de près de 45% des décès liés au SIDA entre 2005 et 2014, les adolescents âgés de 10 à 19 ans sont le seul groupe d'âge où les décès liés au sida ne diminuent pas.

Par ailleurs, le lien entre la propagation du VIH/SIDA et l’exploitation sexuelle des enfants constitue l’un des aspects les plus troublants et les plus complexes de cette épidémie. Qu’il s’agisse des mythes sur les vertus curatives des rapports sexuels avec de toutes jeunes filles ou d’attitudes prônant un comportement sexuel violent envers les femmes et les filles, la relation entre les abus sexuels sur les enfants et la propagation du VIH/SIDA est aujourd’hui reconnu.

Enfin, chaque année, 3,6 millions d’enfants dans le monde deviennent orphelins suite aux décès de leurs parents pour cause de Sida. Non seulement ils ont perdu leurs parents, mais ils vivent dans une pauvreté encore plus grande, sans possibilité de scolarisation. Ils sont alors recrutés pour faire le trottoir ou pour le travail forcé.

La situation de nombreux enfants affectés par le SIDA, ou devenus orphelins, pourrait nettement s’améliorer si les gouvernements élargissaient les services de santé et d’éducation à l’ensemble de la population. L’un des moyens de remédier aux disparités engendrées par l’épidémie de SIDA serait donc, pour les gouvernements, de soutenir les groupes exclus du système en instituant l’éducation pour tous, en supprimant, entre autres, les frais de la scolarité. Cette approche est conforme aux objectifs généraux de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU qui visent à s’attaquer aux facteurs qui accroissent la vulnérabilité à l’infection et à protéger leur santé et leurs droits.

Malgré les progrès, les efforts doivent être maintenus car dans les pays les plus exposés, seul un enfant de moins de 15 ans sur trois avait accès à un traitement l’année dernière.

La 21e édition du Sidaction, opération de levée de fonds pour la recherche et prévention contre le SIDA, a donc démarré hier pour dire « non à la banalisation » face à la maladie. Elle se déroulera tout ce week-end.

Pour soutenir le SIDACTION faîtes le 110 ou connectez-vous sur le site dédié : www.sidaction.org

JCC

(Souces : UNICEF/ONUSIDA/SIDACTION)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - santé, SIDA

France : le droit à la cantine garanti pour tous les enfants des écoles maternelles et primaires

C’est une décision qui est passée presque inaperçue mais qui est pourtant extrêmement importante pour les familles et leurs enfants quand on sait que pour certains d'entre-eux, le repas de la cantine est le seul repas équilibré de la journée. En effet, les députés ont adopté le 12 mars dernier en première lecture une proposition de loi visant à garantir l'accès de tous les enfants à la cantine, lorsque celle-ci existe.

« L’inscription à la cantine, lorsque ce service existe, est un droit pour tous les enfants scolarisés. Il ne peut être établi aucune discrimination selon leur situation ou celle de leur famille », indique le texte voté par tous les groupes de gauche. Certaines communes sont en effet tentées de ne la réserver qu'à ceux dont les parents travaillent. Ainsi, les refus d’accès concernent souvent des élèves dont l’un des deux parents au moins est au chômage.

La restauration scolaire n’est pas une compétence obligatoire des communes. Mais quand celles-ci en ont décidé la création, il s’agit alors d’un service public annexe au service public d’enseignement, auquel s’applique le « principe d’égalité » rappelle le texte de loi.

Par ailleurs, les députés ont voté un amendement écologiste pour s’assurer que les élèves souffrant de troubles de santé (allergies, intolérances alimentaires, diabète…) ou en situation de handicap puissent aussi bénéficier du droit à la restauration scolaire.

Environ, la moitié des élèves de l’école primaire fréquentent la cantine, qui existe dans 80% des communes. 400 millions de repas sont servis chaque année dans les écoles facturés aux parents en moyenne de 2,5 à 3 euros.

Le texte prévoit à ce stade une majoration éventuelle de la Dotation globale de fonctionnement (DGF) pour soutenir les communes qui ont mis en place ce service.

A noter que cette loi ne concerne pas les collèges et les lycées puisque la mise en place d’un service de restauration scolaire est obligatoire pour les départements et les régions qui gèrent ces établissements.

JCC

(Source : Assemblée Nationale)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - droit à l'alimentation

France : un guide pour agir contre la maltraitance infantile

L’association « Enfance et Partage » vient d’éditer un guide à destination de l’ensemble des personnels médicaux, paramédicaux, travailleurs sociaux, magistrats, enseignants, animateurs sportifs, culturels et de loisirs, agents de police nationale et municipale, gendarmes… qui peuvent être confrontés à des cas de maltraitance.

Ce petit fascicule de 43 pages, très clair, répond aux questions qu’ils peuvent être amenés à se poser face à un enfant visiblement en souffrance : présente-t-il des signes de maltraitances physique ou psychologique ? Qui dois-je avertir ? Comment dois-je procéder ? Que va-t-il se passer si je fais part de mes doutes ? Et si jamais je me trompe ? Une initiative qui semble particulièrement utile quand on sait qu’un récent rapport indiquait que la maltraitance infantile est en forte hausse (voir article précédent).

Le guide, diffusé avec le soutien de la Fondation EDF et de la société de services à la personne O2, rappelle les conditions légales du secret professionnel mais aussi ses limites ainsi que l’obligation pour toute personne d’informer les autorités des mauvais traitements dont elle peut avoir connaissance. Il synthétise, à l’aide de schémas très clairs, l’organisation du système de protection de l’enfance avec une entrée administrative, qui constitue la règle, et une entrée judiciaire, censée être l’exception. Le document rappelle le rôle central des conseils généraux qui supervisent les cellules de recueil de l’information préoccupante (CRIP).

Un outil indispensable pour mieux lutter contre la maltraitance infantile.

JCC

(Source : Enfance et Partage)

Télécharger le guide

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - maltraitance

France : le COFRADE rend son rapport annuel

Le 19 mars dernier, le Conseil Français des Associations pour les Droits de l'Enfant (COFRADE) a dévoilé son rapport 2015 sur l'application de la Convention internationale des Droits de l'Enfant (CIDE) en France. Ce rapport a été remis au Comité des Droits de l'Enfant de Genève.

Selon le COFRADE, beaucoup de progrès restent à faire pour lutter d’une part contre la pauvreté et ses conséquences, et d’autre part pour lutter contre les inégalités à l’école, ou dans la prise en charge des enfants malades.

Le COFRADE dénonce le manque d’efficacité dans la protection contre les maltraitances, qu’il s’agisse des violences auxquelles, on expose l’enfant à la télévision aux heures de grande écoute, ou au cinéma du fait d’une classification inadéquate des films, qu’il s’agisse du harcèlement à l’école ou sur Internet, qu’il s’agisse de la prostitution, qu’il s’agisse des maltraitances sur enfants vécues dans la famille. Aussi le COFRADE préconise la création d'une Mission interministérielle Enfance où siégeront les associations de défense des Droits de l'Enfant et de Jeunesse avec pour objectifs de :

- Réaliser un état des lieux des Droits de l'Enfant dans les lois existantes

- Evaluer, au regard de la CIDE, les résultats des politiques en faveur de l'Enfance dans les domaines suivants : famille, éducation, santé, protection, justice et citoyenneté,

- Mettre en œuvre une politique pour l'Enfance qui prendrait en compte les préconisations du Comité des Droits de l'Enfant de Genève de juin 2009,

- Créer une clause d'impact Enfance dans les futures lois votées.

Cette proposition a déjà obtenu le soutien de plus de 50 parlementaires de sensibilités politiques différentes

JCC

Voir le rapport

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - droits des enfants -divers

Angleterre : nouvelles révélations dans les affaires de pédophilie qui secouent le pays

Après Margaret Tacher, soupçonnée d’avoir couvert des députés accusés de pédophilie (voir article précédent), voilà que la police des polices anglaise vient de lancer une enquête sur « Scotland Yard » (Police anglaise), accusée à son tour d'avoir couvert des actes pédophiles entre 1970 et les années 2000.

L’organisme est accusé d'avoir supprimé des preuves et d'avoir entravé des enquêtes afin de protéger l'identité de certains députés et officiers de police impliqués dans des actes pédophiles.

La Commission indépendante chargée des plaintes contre la police, (Independent Police Complaint Commission), vient donc d'ouvrir une enquête. Tout a commencé en décembre dernier lorsque « Scotland Yard » a lancé une enquête sur un réseau pédophile ayant sévi durant les années 70 après avoir recueilli le témoignage d'un homme ayant subi des viols et ayant été témoin de meurtres.

Selon la police, un réseau pédophile a sévi à plusieurs endroits, notamment dans le quartier londonien de Pimlico, non loin de Westminster et du Parlement. Selon la presse anglaise, ce quartier résidentiel est très prisé par les députés.

Depuis, d'autres enquêtes ont été ouvertes. L'une est liée à un document retrouvé dans la maison d'un pédophile qui provenait du Parlement britannique. Le document en question énumérait un certain nombre de députés et de chefs de police impliqués dans un réseau pédophile opérant à Londres. D'autres affaires de pédophilie et de disparition d'enfant concernent également d'autres quartiers de Londres et le sud de l'Angleterre, notamment des bâtiments militaires. Aujourd'hui, la police des polices anglaise enquête sur 16 affaires.

JCC

(Source : The Guardian)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

France : un témoignage bouleversant sur les camps nazis écrit par un enfant

En 1943, Hanuš Hachenburg, âgé 13 ans est interné dans un camp de concentration à Terezin (Tchéquie). Il écrit clandestinement une pièce de théâtre. L’intrigue évoque un dictateur qui crée un fantôme à partir des ossements de son peuple, pour que les gens pensent comme lui. Ce texte à l’humour glaçant avait presque disparu. Il a été exhumé et édité pour la première fois par Claire Audhuy, une Strasbourgeoise spécialisée dans les théâtres de l’extrême.

Il s’agit d’une courte pièce de théâtre pour marionnettes. Il n’a que treize ans mais voici, entre autre, ce qu’il écrit :

« Jadis j’étais un enfant… il y a deux ans de cela ;

cette enfance aspirait à d’autres mondes.

Je ne suis plus un enfant : j’ai vu la pourpre,

à présent je suis un adulte, j’ai appris à connaître la mort,

ce mot sanglant et ce jour gâché.

Ce n’est plus simplement le croque-mitaine ! »

Hanuš Hachenburg a été déporté vers Auschwitz en décembre 1943, puis Birkenau où il mourut assassiné par les nazis en juillet 1944. Mais son texte a survécu. Et le voilà traduit en français et édité à 1 500 exemplaires par les éditions « Rodéo d’âme ».

JCC

Voir le site de « Rodéo d’âmes »

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enfants face à la guerre

Syrie : un cran de plus dans l’horreur

L'organisation terroriste « Daesh » a revendiqué un nouveau meurtre dans une vidéo de propagande qui franchi un nouveau pas dans l’horreur puisqu'elle fait apparaître un jeune garçon du côté des bourreaux.

La vidéo, diffusée cette semaine est glaçante. On peut y voir un homme à genoux et en combinaison orange derrière qui se trouvent deux personnes en treillis, un homme et un enfant d'une dizaine d'années. Accusé d'être un espion pour le compte du Mossad, (agence de renseignement israélienne), ce jeune homme de 19 ans confesse face à la caméra son « infiltration » au sein de l’organisation terroriste avant d'être exécuté froidement d'une balle dans la tête par le petit garçon. Cet enfant, qui exécute ce jeune homme dans cette vidéo, serait originaire de Toulouse.

Tandis qu'un récent rapport du Comité des Droits de l'Enfant (CRC) de l'ONU avait alerté la communauté internationale concernant le sort réservé aux enfants irakiens par « Daesh », indiquant que certains étaient utilisés comme bombes ou boucliers humains par les djihadistes quand ils n'étaient pas torturés et violés ou recrutés en tant qu'enfant soldat. C’est la seconde fois que l’on voit un jeune garçon exécuté des otages. Début janvier, « Daesh » a filmé un jeune de dix ans en train d'abattre au revolver deux otages russes.

Les enfants sont ainsi devenus une arme de propagande.

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enfants face à la guerre

Il y a quelques jours, j’écrivais un billet sur la situation des enfants albinos en Tanzanie (voir article précédent). Et voilà que déboule en France un film coup de poing, récompensé par le Lion d'or du meilleur premier film à la Mostra de Venise, Ce film intense « White shadow » (l’ombre blanche) réalisé par Noaz Deshe et coproduit par Ryan Gosling raconte la vie d’Alias, un enfant albinos, dans un pays où ces enfants sont des «ombres blanches» qui ne meurent pas mais disparaissent, tuées et revendues à des sorciers qui se servent de leurs organes pour leurs potions magiques.

Après avoir perdu son père, il trouve refuge en ville auprès de son oncle Kosmos, Pour survivre, il vend des lunettes, des DVD et des téléphones portables. Il ne tarde pas à se confronter à la violence et à l'intolérance de la société.

Le film suit le calvaire de ce gamin à la peau claire dont les bras et les jambes sont convoités pour être vendus très cher au marché noir.

A voir absolument pour mieux comprendre cette terrible réalité dans ce pays où, entre 2008 et 2010, deux cents assassinats liés à ces pratiques ont été commis.

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - discrimination, Cinéma

Angleterre : la pédophilie au cœur du pouvoir

L'affaire est une bombe à retardement à l'approche des élections législatives de mai prochain en Grande-Bretagne. Elle a été révélée en 2012, dans un pays déjà sous le choc des enquêtes sur les crimes sexuels de deux vedettes de la BBC, le défunt Jimmy Savile et l'artiste australien Rolf Harris. Un élu travailliste avait alors pris la parole à Westminster pour dénoncer l'existence pendant des décennies d'un réseau pédophile mêlant des députés et des membres du gouvernement.

Par la suite, Scotland Yard avait annoncé avoir lancé une enquête sur ces accusations, mais aussi sur le meurtre éventuel de trois garçons dans le cadre de ce réseau pédophile impliquant des personnalités des milieux politiques, judiciaires, économiques ou militaires.

L'an dernier, le ministère de l’intérieur a de son côté admis que 114 documents relatifs à ces accusations avaient disparu, relançant les spéculations sur une volonté d'enterrer l'affaire au plus haut sommet de l'État. N'ayant plus d'autres choix que de réagir, le gouvernement a donc lancé deux enquêtes : l'une sur les crimes supposés, l'autre sur la manière dont la police et la justice ont traité l'affaire.

Pour être sûr que l’affaire ne soit pas à nouveau étouffée, la justice anglaise a fait appel à une juge de étrangère pour s’attaquer l’élite anglaise, l’un des milieux les plus solidaires et fermés au monde.

C’est donc à Lowell Goddard que va revenir cette tâche impossible, la première juge de la haute cour de Nouvelle-Zélande. Elle va devoir enquêter sur un grand réseau de pédophiles qui sévissait à Westminster. Le très digne parlement était le centre d’un vaste complot d’hommes qui ont violé et agressé des jeunes garçons dans les années 1970 et 1980. Les faits restent nébuleux, mais les accusations visent des députés, des ministres, des avocats, des juges, des militaires, des membres des services secrets.

Hier, c’est une nouvelle affaire qui a été révélée dans un rapport accablant qui a levé le voile sur les violences sexuelles subies par des milliers d’adolescentes et d’adolescents dans la région d’Oxford.

Pour finir, la presse anglaise a révélé que l’ancienne chef du gouvernement, Margaret Thatcher (1979-1990), avait été personnellement informée du fait que la police enquêtait sur des accusations de pédophilie impliquant des députés et des hauts responsables politiques dans les années 1970-1990. La presse s'appuie notamment sur une lettre non datée et classée « secret », qui prévenait explicitement Madame Thatcher que l'attribution en 1988 du titre de chevalier au député Cyril Smith, était une erreur alors qu’il était explicitement accusé de pédophilie.

JCC

(Source : Daily Mail)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

Hébergé par Overblog