Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Syrie : Malala s’engage pour les enfants réfugiés

Malala Yousafzai a eu 18 ans à la mi-juillet. C’est au Liban, en compagnie de réfugiées syriennes, qu’elle a choisi de passer sa journée d’anniversaire. Le prix Nobel de la paix a inauguré une école destinée aux filles vivant dans la région de Bekaa (Liban). Baptisée « Malala Yousafzai All-Girls », elle pourra accueillir plus de 200 élèves, âgées de 14 à 18 ans.

Dans une interview accordée à la « BBC », Malala a expliqué avoir longuement réfléchi à sa destination. « Les enfants syriens sont les enfants qui souffrent le plus, car ils sont réfugiés depuis plus de quatre ans, et privés d'éducation. Le pire, c'est que la communauté internationale et les leaders mondiaux n'y prêtent pas attention et c'est cela qui me conduit ici pour célébrer mon anniversaire et dire aux leaders mondiaux : vous devez vous concentrer là-dessus et vous devez investir ici, pour éviter qu’une génération entière soit perdue. »

Juste avant son anniversaire, la jeune activiste pakistanaise avait lancé sur son site internet la campagne « #BooksNotBullets » (des livres pas des balles). Malala y écrit « la vérité est que les leaders mondiaux ont assez d’argent pour financer l’éducation primaire et secondaire partout dans le monde. Mais ils choisissent de le dépenser dans d’autres choses, comme des budgets militaires ». « En fait, si le monde entier cessait d’acheter du matériel militaire pendant huit jours, nous pourrions récolter les 39 milliards de dollars qui manquent afin d’offrir douze ans d’éducation gratuite et complète à tous les enfants de la planète. »

La campagne, qui a été suivie sur les réseaux sociaux, enjoignait les jeunes gens à poser avec le livre de leur choix et à poster leur photo accompagnée du hashtag « #BooksNotBullet ».

JCC

(Source : BBC - photo : Malala Fund)

Voir le site Internet de Malala Yousafzai

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enfants face à la guerre

Monde : Internet provoque une augmentation exponentielle des jeux dangereux chez les adolescents

On le sait, de plus en plus de jeunes exposent leurs actions sur le net. Mais ce que les parents savent moins c’est qu’Internet est le lieu de tous les délires les plus absurdes comme le « Happy slapping », la « Neknomination » ou le « Fire challenge » (voir ci-dessous). Ces défis ont une caractéristique commune : ils sont potentiellement dangereux. Et ils ont déjà fait beaucoup d'accidents ainsi que plusieurs morts.

S'ils relèvent de ce concept ancien du « t'es pas cap », la diffusion des images de ces prétendus exploits sur la Toile leur donne aujourd'hui une audience quasi universelle. En effet, Internet est un moyen, pour les adolescents de trouver une reconnaissance immédiate, de l'admiration et d’attirer l'attention.

Ces « jeux » ou défis ont fait le tour d'Internet. Voici quelques-uns d'entre eux :

Neknomination (contraction de l'expression anglophone « neck your drink » (boire un verre cul sec- et « nomination ») : le principe ? Publier une vidéo dans laquelle la personne boit un ou plusieurs verres d'alcool.

Fire Challenge : ce « jeu » consiste à s'enduire de liquide inflammable et d'y mettre le feu.

Happy slapping (baffe joyeuse) : consiste à filmer l'agression physique d'une personne et la diffuser sur les réseaux sociaux.

Ice Bucket Challenge (défi du seau d'eau glacée) : il s'agit de se renverser un seau rempli d'eau glacée sur la tête. Ce défi reste moins stupide que celui de la Neknomination par exemple, mais ce n'est pas sans risque pour autant.

Jeu du foulard : ou « jeu de non-oxygénation » est caractérisé par la strangulation, la suffocation ou l'apnée. La pratique consiste à provoquer une asphyxie dans le but d'avoir des sensations nouvelles comme des hallucinations.

Le jeu des 72 heures : le but du « jeu », disparaître pendant 72 heures sans donner de nouvelles à ses proches.

Défis de la cannelle : un « jeu » bien connu qui peut se décliner avec d'autres ingrédients comme du Tabasco par exemple. Le but, c'est d'avaler sans tousser ni s'étouffer.

Tampons imbibés de vodka : il s'agit de les glisser soit dans l'anus, soit dans le vagin. C'est une pratique permettant de se saouler sans crise d'estomac ni mauvaise haleine.

Sniffage de capotes : ce « jeu » consiste à aspirer par le nez un préservatif et à le faire ressortir par la bouche.

Sun burn art : il s'agit de se faire des motifs sur la peau grâce aux coups de soleil et en se servant de crème solaire ou de pochoirs maison.

Chicken subway (la poule mouillée du métro), un « jeu » qui consiste à se placer sur les rails du métro ou d'un train et à s'en extirper, au dernier moment, lorsque la rame arrive.

Kylie Jenner Challenge. Il consiste à prendre un « selfie » (une photo de soi) après avoir fait grossir ses lèvres. L'objectif est de ressembler à la jeune star américaine Kylie Jenner la demi-sœur de Kim Kardashian connu pour ses lèvres ultra-pulpeuses.

Et il en existe malheureusement beaucoup d’autres…

Les parents ont un rôle à jouer. Ils doivent ouvrir les yeux de leurs enfants et leur montrer qu'ils ne sont pas tout-puissants. Bien que la conduite à risque chez les adolescents fasse partie du développement, c'est aux parents de les cadrer et montrer les limites.

JCC

Pour en savoir plus : SOS Benjamin

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - jeux dangereux

Syrie : le travail des enfants explose

C‘est un des « dommages collatéraux » du conflit et de la crise humanitaire en Syrie. En effet, de plus en plus d’enfants sont obligés de travailler pour subvenir aux besoins de leur famille. Dans un nouveau rapport publié le début juillet, l’UNICEF et l’ONG « Save The Children » dénoncent une montée alarmante du travail des enfants.

Ils ont parfois moins de 10 ans et peuvent travailler plusieurs heures par jour pour à peine 3 dollars. Des revenus minimes mais indispensables pour des centaines de milliers de familles syriennes déplacées dans leur propre pays ou réfugiées dans les pays voisins. « La crise en Syrie a considérablement réduit les moyens de subsistance des familles et a appauvri des millions de ménages dans la région », déplore le rapport intitulé « Small Hands, Heavy Burden » (Petites mains et lourds fardeaux).

Les enfants qui ont fuient les violences en Syrie sont pour la plupart privés d’école. En Jordanie, plus de 2,7 millions d’enfants syriens sont déscolarisés. Près de la moitié d’entre eux travaillent et sont les principaux soutiens de leur famille.

Les enfants réfugiés syriens acceptent toutes les propositions de travail et n’importe quelles conditions. Dans les champs, les boutiques, les restaurants, le jour ou la nuit, tout est bon pour arrondir les fins de mois. Les employeurs sont très peu regardants sur l’âge minimum légal ou les horaires. De nombreux enfants travaillent parfois 12h par jour pour 4 dollars.

Dans ce contexte, l’UNICEF, rappelle que le travail des enfants entrave leur croissance et leur développement.

JCC

(Sources : UNICEF et Save The Children)

Voir le rapport (en langue anglaise)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - travail des enfants

Chine : le pays va mettre fin à la politique de l’enfant unique

La politique de l’enfant unique en Chine va bientôt être définitivement abandonnée. Le calendrier précis n’a pas été encore officiellement fixé mais un nouvel assouplissement de cette loi permettant à une grande majorité de couples d’avoir deux enfants devrait être annoncé dans quelques mois.

Un officiel au sein de la Commission nationale du planning familial et de la Santé a déclaré au magazine « China News Business » que la loi serait une nouvelle fois révisée et que la Commission y travaillait d’arrache-pied.

Jusqu'ici, le deuxième enfant était seulement autorisé aux couples dont les deux membres sont enfant unique, aux minorités ethniques ou encore aux couples ruraux dont le premier enfant était une fille. Destinée à limiter l'accroissement de la population chinoise, la plus importante dans le monde, cette politique avait donné lieu à une mise en œuvre parfois brutale, les autorités usant d'amendes mais aussi de stérilisations forcées, imposant même des avortements à des femmes dont la grossesse était très avancée.

Les dirigeants chinois répétaient jusque-là de façon constante, que la politique de l'enfant unique restait nécessaire, et qu'un développement démographique excessif menacerait la croissance économique du pays.

Or, cette politique a contribué à creuser le déséquilibre hommes-femmes dans la population chinoise, alors que les avortements décidés par des femmes enceintes d'une fille restent fréquents. Environ 118 garçons pour 100 filles sont ainsi nés en 2012. De hauts responsables de l'état civil avaient par ailleurs averti des dangers d'un vieillissement de la société chinoise, indiquant que la population en âge de travailler avait commencé à se réduire en 2012 pour la première fois depuis plusieurs décennies.

Le défi pour la Chine saute donc aux yeux. C’est pourquoi, plusieurs démographes chinois avaient alerté les autorités sur ce grave déséquilibre de la pyramide des âges en Chine qui voit une augmentation de la population de plus de 60 ans au détriment d’une jeunesse de moins en moins nombreuse, un déséquilibre des sexes (117 garçons pour 100 filles) provoquant un manque criant de main-d’œuvre.

Paradoxalement, au moment où cette loi est sur le point d’être abolie, les jeunes couples urbains de la classe moyenne ne veulent plus avoir deux enfants.

Ultime paradoxe de cette évolution économique et démographique : la tradition favorisant les garçons au détriment des filles tend à s’inverser. Pour marier un garçon aujourd’hui, il lui faut impérativement un appartement, une voiture, et un bon salaire… Une pression supplémentaire qui n’existe pas pour une fille.

JCC

(Source : La Croix)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Démographie

Laisser ou oublier un enfant dans une voiture, même quelques minutes peu avoir de graves conséquences. Il ne se passe pas un mois, en France, sans que de tels incidents soient signalés, et plusieurs enfants en meurent chaque année.

Par exemple, au début du mois de juin, un ingénieur de 35 ans a ainsi laissé son bébé de six mois à l'arrière de son véhicule pendant quatre heures, en plein soleil, à Dieppe (Seine-Maritime). Le nourrisson est mort déshydraté. Son père a été poursuivi pour « homicide involontaire ».

Dans une voiture, la température peut monter extrêmement vite. Même avec une température autour de 20°C, le mercure à l'intérieur du véhicule peut monter au-dessus de 45°C en moins d'une demi-heure.

Le problème est encore plus sensible aux Etats-Unis, où une trentaine d'enfants décèdent chaque année après déshydratation à l'arrière des voitures. Régulièrement des campagnes de prévention sont lancées et des vidéos sur Internet sont diffusées.

Une des dernières initiatives en date, aux Etats-Unis, est celle de l'association « Kars4Kids », spécialisée dans la protection des enfants (jeu de mots avec « Care for kids », prendre soin des enfants, et « Cars for kids », des voitures pour les enfants). Elle vient de lancer une application pour téléphone portable qui alerte les parents quand ils oublient leur enfant dans la voiture.

Et pour promouvoir l'initiative et sensibiliser à ce problème, l'association a réalisé une vidéo dans laquelle elle montre une expérience réalisée auprès d'adultes : contre 100 dollars, des passants étaient invités à passer 10 minutes dans une voiture en plein soleil, toutes vitres fermées.

JCC

(Source : France Soir)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives, enfance en danger

Lorsque les internautes insultent l’enfant, bien confortablement dissimulés derrière leurs pseudos, Logan les affronte droit dans les yeux. Ce garçon de onze ans, victime d'insultes sur Internet à cause de son obésité, a décidé de publier sur « YouTube » une vidéo pour faire face à ses harceleurs.

Tout commence en mai lorsque Logan et son père postent une vidéo amusante montrant cette famille du Michigan se taquiner et faire des gags. Des internautes laissent alors des commentaires insultants sur le physique et le poids de l'enfant. Lequel, très touché, demande alors à son père de le filmer. Face caméra, Logan répond à ses détracteurs en se mettant à lire toutes leurs insultes : « gros », « éléphant », « stupide », « j'espère que tu vas mourir »...

Un enregistrement émouvant de deux minutes dans lequel l'enfant explique espérer que les personnes persécutées parlent, n'aient plus honte. « J'espère que les gens ne seront plus harcelés sur Internet, j'espère en tout cas que cette vidéo aidera à aller en ce sens ». Une conseillère d'Obama, Valerie Jarret, particulièrement émue par son message, lui a répondu sur Twitter : « Vous êtes plus fort que tous ces mots blessants. Nous avons beaucoup à apprendre de vous et de votre père. Les changements arrivent quand des personnes ordinaires font des petites choses extraordinaires, quand des personnes ont le courage de Logan, de parler ». Un tweet qui a été suivi d'une invitation à la Maison Blanche.

Espérons que les internautes anonymes s’inspireront un tout petit peu du courage de cet enfant.

JCC

(Sources : Youtube-twitter)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - discrimination

Syrie : encore des enfants massacrés

Malgré quelques revers infligés par la coalition internationale, l'Etat islamique (Deach) continue de semer la terreur en massacrant les « infidèles ».

Dernière horreur en date : Daech a crucifié deux jeunes garçons pour avoir enfreint le jeûne du Ramadan. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les deux garçons ont été tués et suspendus par des cordes sur un poteau avec une pancarte suspendue à leur cou disant : « rupture de jeûne sans justification religieuse ».

Ce n’est pas la première fois que de telles exactions sont commises : en février, la commission des Nations unies sur les droits de l’enfant avait dénoncé les crimes commis par Daech, qui a vendu, décapité et même enterré vivants des mineurs.

Et quand les enfants ne sont pas massacrés, ils deviennent bourreaux. C’est ainsi qu’une vingtaine d’entre eux ont été obligés de tuer des soldats syriens en leur tirant une balle dans la nuque.

JCC

(Source : OSDH)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enfants face à la guerre

Guatemala : un garçon de 12 ans tué parce qu’il avait refusé de tuer

Au Guatemala, un garçon de 12 ans est mort uniquement parce qu’il a croisé sur sa route des narcotrafiquants. Après l'avoir séquestré, le groupe de six hommes lui fait une terrible proposition : soit il tue, soit il est tué. Sa victime potentielle est un chauffeur de bus.

L'enfant se retrouve avec une arme entre les mains, en larmes, et refuse de tuer le chauffeur de bus. Ses ravisseurs le somment alors de choisir sa propre mort : l'enfant doit dire s'il préfère être démembré à la machette ou jeté d'un pont. Il choisira le pont.

Dans sa chute de 135 mètres, Angel est sauvé par le feuillage d'un arbre. Il est découvert 72 heures plus tard par les sauveteurs accompagnés de sa famille, qui avait lancé les recherches après sa disparition. Les deux jambes cassées, souffrant de multiples contusions, il est toutefois en état de raconter son histoire dans le détail. Mais l'enfant reste faible. Transféré à l'hôpital, où il est pris en charge pendant deux semaines, Angel est mort d'une crise cardiaque samedi dernier.

On croyait que l’horreur moyenâgeuse était l’apanage des groupuscules islamiques, les narcotrafiquants montrent qu’ils sont tout aussi sauvages.

Angel a été enterré dans un petit village du Nicaragua dont sont originaires ses parents.

JCC

(Source : The Mirror)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - exploitation des enfants

Etats-Unis : un forum pédophile démantelé

Le FBI (Federal Bureau of Investigation) vient de révéler des informations sur une opération anti-pédophiles débutée en février 2015. Le FBI a en effet, infiltré un forum pédophile sur Internet fort de 215 000 membres.

Ce site, ouvert au mois d’août 2014, diffusait des milliers de photos et vidéos pédopornographiques. Le 20 février 2015, le serveur est saisi par le FBI chez un hébergeur de Caroline du Nord.

Le FBI a laissé le forum en fonction durant 15 jours, le temps de collecter des informations sur ses utilisateurs. Une action qui fait suite à l’opération « Torpédo » et à la fermeture, depuis 2012, de trois autres sites, totalisant plus 14.000 membres. Des espaces qui passaient par le serveur anonyme « Tor ». L’administrateur des sites, Aaron McGrath, a été condamné en 2014 à 20 ans de prison après avoir plaidé coupable.

Cette opération montre que le FBI sait utiliser les techniques de hacking pour identifier et traduire en justice les pédophiles qui sévissent sur Internet.

JCC

(Source : 01net)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

France : les enfants nés par GPA doivent être protégés comme tous les autres enfants.

C’est en tout cas ce que révèle un sondage réalisé par l’IFOP, 59 % des Français estiment que les enfants nés de mère porteuse à l'étranger doivent avoir les mêmes droits que les autres, en termes de filiation.

Les Français seraient donc plus progressistes que leurs élus ?

Car ils sont 69 % à vouloir que ces enfants soient mentionnés sur le livret de famille de leurs parents, reconnaissant ainsi leur filiation. 65 % de français veulent également que la France reconnaisse l’état civil déjà établi par l’acte de naissance dressé par le pays de naissance de l’enfant.

Pour rappel, la GPA est interdite en France, alors qu’elle est légale dans plusieurs pays comme la Roumanie, le Canada, le Royaume-Uni ainsi que plusieurs États américains. Elle est également tolérée dans des pays comme la Belgique, les Pays-Bas, la Pologne ou la Slovaquie.

Ce sondage arrive au moment où la plus haute juridiction française vient de valider l'inscription à l'état civil français de deux enfants nés de GPA en Russie, et ce sans condition. Selon la Cour de cassation, « les règles de transcription sur les actes de l'état civil français (...) doivent s'appliquer ».

La Cour juge donc que l'interdiction en France de la GPA ne peut faire échec à la transcription sur les registres français des actes de naissance russes des deux enfants, puisque, selon la Cour, « ils correspondent à la réalité » en mentionnant les noms de leur mère russe et de leur père français.

Par la voix de son avocat, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a salué « une grande victoire ». Selon lui : « le cadre est posé, aujourd'hui nous avançons vers une normalisation de l'état de droit des enfants issus d'une GPA ».

JCC

(Sources : IFOP et CC)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - filiation, Gestation pour autrui

Hébergé par Overblog