Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

abandon_russie.jpgLa pratique héritée de la période soviétique consistant à abandonner de jeunes enfants aux soins de l'Etat s'est maintenue au rythme de quinze mille abandons par an dans les vingt et un pays de l'ex-bloc communiste d'Europe et d'Asie dénonce l’UNICEF à l’occasion d'une conférence de ministres et d'experts de ces vingt et un pays qui s’est déroulée le 20 novembre.


«  Beaucoup de pays misent toujours largement sur le placement en institution, en négligeant les preuves que cela va exactement à l'opposé des intérêts de l'enfant, et que cela amène à des handicaps physiques et cognitifs pour la vie » indique l’organisation.


Aujourd'hui, 1,3 million de jeunes de moins de 18 ans en Europe de l'Est et en Asie centrale vivent séparés de leur famille. « Ces chiffres sont les plus élevés du monde », selon le rapport de l'Unicef présenté lors de cette conférence.


Le rapport indique que la moitié des 31 000 enfants de moins de trois ans placés dans des institutions dans cette région se trouvent en Russie. Avec 654 enfants placés sur 100 000 enfants âgés de moins de trois ans, la Bulgarie tient le premier rang pour les enfants de cet âge abandonnés dans des foyers.  Une tendance à la baisse de l'abandon est perceptible dans la région depuis une dizaine d'années, mais une augmentation alarmante a été enregistrée en Bosnie-Herzégovine, au Tadjikistan et en Macédoine. Seuls trois pays – Croatie, Roumanie, Serbie – ont interdit le placement d'enfants de moins de trois ans dans des institutions.


Entre 2 % et 5 % des enfants abandonnés dans des institutions n'ont aucun parent. La pauvreté des familles, et l'absence de soins alternatifs au sein de la communauté, notamment pour les enfants handicapés, expliquent ces taux élevés d'abandon. L'Unicef recommande des mesures préventives à l'abandon de bébés par un soutien aux mères célibataires et aux familles nombreuses et une multiplication des centres journaliers destinés aux handicapés. En juin 2011, elle a lancé une campagne qui vise à mettre fin à l'abandon d'enfants de moins de trois ans dans des institutions.


JCC


(Source : UNICEF)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - enquête

commentaires

SOS Parents Abusés 27/11/2012 20:57


Trop d’enfants sont placés
abusivement !


La loi de 2007 donne lieu à de multiples 
dysfonctionnements. Un grand nombre d’enfants et de familles en sont cruellement victimes.


En France 150 000 enfants sont pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance. 


 


Si les juges ont pour mission de dire le droit, il faut bien
considérer que le domaine très particulier de la protection des enfants s’accommode mal d’une logique fondée essentiellement sur des principes et des lois. Les décisions prises  seront  lourdes de conséquences. Le recours à l’appel  n’effacera pas
les souffrances endurées par l’enfant à la suite d’une mauvaise décision initiale.


Nous avons très souvent observé que les magistrats vont parfois au-delà de l’exercice légal qui est le leur. Leurs
décisions sont alors entachées d’irrégularités aux conséquences parfois très graves.


Peu contrôlée, cette profession a développé un sentiment d’impunité qui la pousse à se considérer, comme les juges,
indépendante et inattaquable. De là, on assiste à des pratiques absolument condamnables, des abus de pouvoir, des détournements de compétences : On prend parti dans les conflits parentaux
jusqu’à induire par leurs rapports des décisions  absurdes et cruelles.


Des éducateurs ou assistantes sociale se permetent de produire des  rapports comportant
des diagnostics  psychiatriques ou des analyses psychologiques.


Ils utilisent largement le conditionnel  pour  présenter  des faits accablants
mais purement imaginaires.


Le placement abusif constitue en France l’une des principales causes de maltraitance
institutionnelle.  Il y aurait lieu, dans les écoles formant les professionnels
de la protection de l’enfance, de pourfendre certaines idéologies en vigueur et d’enseigner le concept d’attachement.


Tout placement d’un enfant qui vit dans un milieu aimant, qui se développe harmonieusement,
réussit bien à l’école et que l’on  arrache à ce milieu bien traitant pour le mettre dans une famille d’accueil ou un foyer. Philippe Seguin a dénoncé ces abus qui poussent ces institutions
à une véritable chasse à l’enfant pour occuper les places disponibles.



Hébergé par Overblog