Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

marinaMarina, fillette de 8 ans morte en 2009 à Ecommoy (Sarthe) sous les coups répétés de ses parents, aurait-elle pu être sauvée si l'institution judiciaire avait mieux réagi aux alertes ? En poursuivant l'Etat pour « faute lourde », des associations veulent déclencher une mobilisation en faveur de l'enfance maltraitée.


La justice, qui a condamné les parents de Marina, en juin 2012, à 30 ans de réclusion criminelle pour actes de torture et barbarie ayant entraîné la mort, est à son tour sur la sellette, accusée de négligences dans le suivi de l'enfant, dont le signalement avait été classé sans suite par le parquet.


En effet, les débats du procès avaient montré comment les enquêtes sur les soupçons de maltraitances ont été laissées sans suite malgré des signalements auprès du parquet du Mans initiés notamment par la directrice de l'école. Une enquête de gendarmerie n'avait pas convaincu le parquet de poursuivre ses investigations. « Les auteurs du signalement n'ont pas été entendus, les témoins et les parents pas convoqués, tout a été fait en dépit du bon sens », déplore l'association « Enfance et Partage ». Elle estime que cette affaire, par son écho médiatique, est l'occasion de « taper du poing sur la table » au nom de tous les cas de maltraitance d'enfants où l’on n'arrive pas à mettre en balance le principe de précaution et la peur de l'erreur judiciaire.


JCC


(Source : Enfance et Partage)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - maltraitance

commentaires

Hébergé par Overblog