Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

ecole en bateauA 76 ans Léonide Kameneff, le fondateur de « L'Ecole en bateau » et trois anciens membres d'équipage comparaissent devant les assises des mineurs de Paris pour les viols de plusieurs enfants embarqués à bord de cette école alternative qui sillonnait les mers dans les années 80 et 90.


Plus de 18 ans ont passé depuis la première plainte déposée en 1994 contre cet ancien psychothérapeute pour enfants, à l'origine de l'aventure des voiliers-école. En février 2012, l'Etat a été condamné pour le «déni de justice» qu'a représenté la longueur de la procédure (voir article précédent).


Ces délais n'ont pas découragé les anciens élèves qui disent avoir été victimes d'abus sexuels lors des voyages. Une trentaine de jeunes ont dénoncé à la police les agissements de Léonide Kameneff et plusieurs animateurs. Certains faits étant prescrits, seules les constitutions de parties civiles de dix d'entre eux, aujourd'hui âgés de 33 à 46 ans, ont été retenues.


L'Ecole en bateau a accueilli plus de 400 garçons et 60 filles entre 1969 et 2002 à bord de trois navires dont le plus important, le «Karrek Ven», un thonier de plus de 20 mètres, emmenait au bout du monde, pour plusieurs années parfois, deux adultes et dix à douze jeunes.


L'association promettait, selon son site internet toujours actif, une « expérience émancipatrice », « une alternative à l'éducation et à l'enseignement de nos écoles » . De nombreux jeunes ont témoigné y avoir passé un séjour formidable. Les aventures des adolescents du « Karrek Ven » avaient même fait l'objet d'émissions télévisées.


Dans un reportage diffusé hier sur France 3, Leonide Kameneff dit « chercher à comprendre la raison de ces plaintes », émet l'hypothèse d'un « mal-être » des jeunes  « à l’heure où la puberté éveille les sens et ouvre aux premières expériences sexuelles qui ont pu avoir lieu sur son bateau ». Il reconnait implicitement les faits en indiquant « que dans son souvenir, il est possible qu’il ait participé aux ébats des jeunes ».


En tout cas, la philosophie de l'association fondée par Léonid Kameneff est plus que troublante : « l'épanouissement intellectuel, psychologique et social de l'enfant ». Or, certains membres de « l'Ecole en bateau » auraient encouragé les mineurs à satisfaire leurs pulsions entre eux et avec les adultes. Il régnait un climat très libertin sur le voilier pendant des séjours de plusieurs mois où les enfants vivaient nus à bord. Une fois de plus, c’est la parole des enfants contre celle des accusés qui va être au cœur de ce procès.


JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

commentaires

Hébergé par Overblog