Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

histoire_juge.jpgPar essence, la justice des mineurs est discrète. Le juge entend l’enfant et sa famille dans la discrétion de son bureau. Les rares procès d’assises se déroulent à huis clos. Avec son livre, Catherine Sultan, juge pour enfants et longtemps présidente de l’Association des magistrats de la jeunesse et de la famille, met en lumière le quotidien de cette justice. Elle revient sur quelques dossiers qui ont émaillé sa carrière et qui montrent, histoire après histoire, à quel point le regard sur l’enfance et sa violence a changé.


Ces histoires sont par ailleurs révélatrices : derrière la justice des mineurs, si décriée pour son supposé laxisme ces dernières années, il y a des juges, avec leurs hésitations et leur propre passé, il est des enfants, aux histoires individuelles, graves ou touchantes, et la justice au quotidien est faite des liens qu’ils tissent.


Un livre à lire ne serait que pour changer le regard que l’on porte sur la délinquance des mineurs. Elle est passée de 14% en 1992 à 17% en 2010. Mais c’est surtout la délinquance d’ordre public qui augmente (heurts avec la police, dégradations, stups…) alors que les violences graves diminuent.


Près de 70% des mineurs poursuivis devant le juge ne récidiveront pas.


JCC


« Je ne parlerai qu’à ma juge » » de Catherine SULTAN au SEUIL (19.50 €).

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - délinquance des mineurs

commentaires

Hébergé par Overblog