Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

gays.jpgHier, c’était la journée mondiale contre l’homophobie.  Ce fut d’abord l’occasion de rappeler que la répression de l’homosexualité continue de s’exercer dans de nombreux pays. Les homosexuels sont pendus, torturés, persécutés dans de nombreux Etats. Aujourd’hui, sept Etats condamnent de la peine de mort l’homosexualité et dans trente Etats d’une peine de prison de dix ans ou plus, dans quarante Etats d’une peine de prison et/ou d’un châtiment corporel.


Une fois encore, comme dans tant d’autres domaines, les enfants et les adolescents sont les premières victimes. En France, toutes les associations s’unissent pour dire que les mentalités progressent. Par exemple, 60% des français se déclarent favorables au mariage de personnes de même sexe. Par contre, le rapport sur l'homophobie 2012 révèle que les agressions homophobes sont en augmentation et qu'un cas sur trois relève de l'homophobie de proximité, c'est-à-dire au travail, en famille ou dans le voisinage.


C’est aussi le cas pour les adolescents qui subissent moqueries et brimades au collège, au lycée mais aussi, fait assez récent, sur Internet. Si tous les adolescents traversent des périodes communes de développement, les adolescents et adolescentes homosexuels font face à des dilemmes particuliers qui peuvent avoir des répercussions sur leur développement et leur adaptation.


De fait, ils et elles présentent un risque plus élevé de crises psychologiques, lié à la découverte de leur homosexualité, au rejet par la famille ou par le réseau des pairs, au harcèlement ou aux agressions homophobes dont certains sont victimes et enfin au risque d’infection par le VIH ou autres maladies sexuellement transmissibles.


Un quart des tentatives de suicide des garçons de 15 à 24 ans et 10% de celles des filles du même âge sont liées à un problème d'homosexualité.


En effet, selon les associations LGBT qui ont travaillé sur cette question, les tentatives de suicide sont quatre à sept fois plus nombreuses chez les jeunes homos que chez les hétéros du même âge. Un quart des garçons ayant commis une tentative de suicide évoque un mal-être lié à l'homosexualité et la première cause incriminée est l'homophobie qui reste virulente dans les collèges et les lycées et chez les parents.


Pour rappel, la Journée internationale contre l'homophobie, a lieu le 17 mai, en hommage au 17 mai 1990, jour où l'Organisation mondiale de la santé a retiré l'homosexualité de la liste des maladies mentales. Il y a seulement 22 ans !


JCC

(sources : associations LGBT et Défenseure des enfants)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - homosexualité

commentaires

Hébergé par Overblog