Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

France : 18ème parlement des enfants

Samedi dernier, l’hémicycle était garni de 577 députés/écoliers représentant toutes les circonscriptions à l’Assemblée nationale, de la Polynésie à la Sarthe en passant par le Maghreb. Et pour la première fois, les Français de l’étranger étaient représentés par une élève venue de Tunisie, qui a plaidé pour les droits des filles et des femmes.

Avec 269 voix pour, le texte visant à prévenir les violences et discriminations dans les établissements et aider les élèves qui en sont victimes est arrivé en tête des suffrages de ces élèves de CM2.

La proposition de loi visant à assurer la représentation des enfants dans les écoles n’est arrivée que deuxième (129 voix). Egalement devancés, le texte qui prônait la rupture de l’isolement des personnes âgées dans chaque commune en créant un passeport civique du jeune citoyen (86 voix) et la proposition pour sensibiliser les élèves à l’égalité des filles et des garçons (80 voix).

Le parlement des enfants est né en 1994 à l’initiative de Philippe Seguin, alors président de l’Assemblée. Depuis, chaque année, à partir du mois de septembre, après avoir fait acte de candidature, 577 classes de CM2, représentant l’ensemble des circonscriptions législatives de métropole et d’Outre-mer, rédigent avec leur instituteur une proposition de loi sur le thème de leur choix et des questions à poser au président de l’assemblée et au ministre de l’éducation nationale.

Chaque classe élit de plus un élève qui sera le « député junior » de la circonscription. À la fin de l’année scolaire, les 577 « députés juniors » siègent à l’Assemblée et choisissent l’une des lois rédigées par leurs camarades. Cette loi est ensuite déposée au bureau de l’assemblée et régulièrement examinée.

Depuis 1994, quatre lois proposées par le parlement des enfants sont devenues des lois de la république. La première, concerne les fratries d’enfants adoptés. La seconde porte sur les droits de l’enfant orphelin face au conseil de famille. La troisième interdit l’achat par le service public de fournitures fabriquées par des enfants dans les pays où leurs droits ne sont pas respectés. La quatrième vise à améliorer la détection des enfants maltraités.

Je reviendrais, dans un prochain article, sur le fond de cette initiative.

JCC

(Source : Assemblée Nationale)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Citoyenneté

commentaires

Hébergé par Overblog