Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Articles avec #initiatives

Monde : 16 juin, journée mondiale de l’enfant africain

Le 16 juin, les coalitions africaines de l'action mondiale contre la pauvreté organisent des actions simultanées pour la Journée de l’Enfant Africain.

Cette Journée de l’Enfant Africain est un événement annuel qui commémore le massacre des enfants de Soweto de 1976 par le régime de l’apartheid. Les coalitions de l’action mondiale contre la pauvreté ont choisi cette occasion pour en faire la Journée Africaine du Bandeau Blanc et pour faire une demande régionale auprès des dirigeants des pays concernés afin qu'ils agissent immédiatement pour éradiquer la pauvreté extrême qui cause la mort d'un enfant toutes les 3 secondes en moyenne.

Le thème 2016 de la journée mondiale de l’enfant africain est : « conflits et crises en Afrique : protégeons les droits de tous les enfants ». Le Comité Africain d'Experts sur les Droits et le Bien-être de l'Enfant (CAEDBE) a adopté ce thème lors de sa 25ème session ordinaire tenue en Avril 2015.

En 2015, le CAEDBE avait commandé une étude continentale sur l'impact des conflits armés sur les enfants en Afrique dans le cadre de ses efforts pour renforcer ses actions sur la protection de l'enfance en situation de conflits en Afrique, ainsi que la garantie de la protection et de la préservation de la vie et du bien-être être des enfants africains.

Plusieurs actions simultanées se dérouleront aujourd’hui dans différents pays africains, comme en Afrique du Sud où des enfants et des adultes viendront à Soweto pour exiger des dirigeants africains l’aide aux orphelins et aux enfants vulnérables.

En République Démocratique du Congo, un atelier regroupant des travailleurs sociaux encadreront les enfants de rue .

Au Kenya, il est prévu des manifestations impliquant près de 5.000 enfants tandis qu’au Sénégal, une réunion de lobbying avec le Président sénégalais et des célébrités telles que Youssou Ndour, Coumba Gawlo, etc… marquera cette journée à laquelle sont conviées les enfants…

JCC

(Source : CAEDBE)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives, enfants face à la guerre, enfants soldats

France : mille et un territoires pour la réussite scolaire des enfants

A l’initiative de l’association ATD-Quart monde, 20 grands réseaux associatifs, indignés de l’inégalité scolaire et éducative liée à l’origine sociale, ont organisé une journée de lancement de la campagne « Mille est un territoires se mobilisent avec les parents pour la réussite de tous les enfants ».

L’objectif de cette campagne est d’unir les forces des parents (en particulier ceux dont l’école est le plus éloignée), des écoles et des acteurs de quartier pour inventer des actions en s’appuyant sur les ressources du territoire afin de travailler à la réussite de tous les enfants.

Ainsi, le Collectif national a lancé un appel à toute la communauté éducative, aux parents et à tous les intervenants en milieu scolaire et éducatif, pour agir de manière coopérative et de transformer les pratiques partout où cela est possible.

JCC

(Source : ATD-Quart Monde)

Composition du Collectif national au 31/12/2015 : ACEPP Initiatives parentales ; AFEV Etudiants contre les inégalités ; ANDEV Directeurs de l’éducation des villes ; APEL, FCPE Associations de parents d’élèves ; ATD Quart Monde Pour l’égale dignité de tous ; CEMEA, Fédération des PEP, FRANCAS, GFEN, ICEM, LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT Education nouvelle et populaire ; Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France (FCSF) ; CNLAPS Acteurs de prévention spécialisée ; DEI France Défense des enfants International ; IRDSU Professionnels de la Politique de la Ville ; Collectif POUVOIR D’AGIR Lutte contre l’exclusion sociale et politique ; Réseau PRISME Co éducation ; RFVE Réseau Français des Villes éducatrices.

Avec la participation du CGET (Commissariat Général à l’Egalité des Territoires) et de l’ANLCI (Agence Nationale de Lutte contre l’illettrisme).

Voir l’appel à mobilisation sur le site d’ATD

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives, éducation, école

France : en Essonne, les enfants déposent les armes

Quelques semaines après les attentats de Paris et de Saint-Denis, les enfants ont-ils vraiment besoin de jouets guerriers ? Plusieurs enseignes avaient déjà retiré de la vente les armes factices (voir article précédent), mais d'autres souhaitent aller plus loin, et désarmer les enfants déjà équipés.

Une association de l'Essonne, « la Fabrique à neuf » leur propose d'échanger gratuitement leurs fusils, mitraillettes et pistolets en plastique contre d'autres jouets.

L'association va continuer de récolter ces armes factices jusqu'au 31 décembre. Ensuite, elles seront détruites ou recyclées.

Pour échanger les fausses armes contre des jouets et des livres, rendez-vous dans ces 3 ressourceries : à Ris-Orangis (9/11 rue Paul Langevin), à Corbeil-Essonnes (45 Avenue Paul Maintenant) et à Montgeron (46 Avenue Jean Jaurès).

JCC

Pour en savoir plus : la Fabrique à neuf

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives, jouets guerriers

Suisse : une chaine humaine pour défendre les droits de l’enfant

Selon l’UNICEF, chaque jour, 17 000 enfants âgés de moins de cinq ans meurent des conséquences de leur extrême pauvreté. Cause notamment de cette mortalité : la malnutrition, la pénurie alimentaire ou encore le manque d'accès à l'eau potable. Les régions du globe en crise et en conflit sont les plus concernées, tout particulièrement les zones subsahariennes.

Ce 10 décembre, à l’occasion de la journée mondiale des droits de l'homme, l’UNICEF Suisse a organisé une chaine humaine en faveur des droits des enfants.

C’est ainsi que plus de 6 000 personnes se sont réunies pour quelques minutes de silence, main dans la main, formant une longue chaîne humaine le long du pont des Bergues à Genève.

Aujourd’hui, en 2015, que l’on soit incapable de réduire la mortalité alors que les soins existent mais qu'ils ne sont pas accessibles dans deux tiers des régions du monde est juste inadmissible.

L’objectif de cette manifestation était donc d’interpeller les décideurs internationaux sur cette situation inacceptable.

JCC

(Source : UNICEF)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - droits des enfants -divers, initiatives

France : ce week-end,  c’est 26ème Téléthon

Le Téléthon est organisé depuis 1987 par l'Association française contre les myopathies (AFM), pour financer des projets de recherche sur les maladies génétiques neuromusculaires mais aussi sur d'autres maladies génétiques rares. L'argent est également utilisé pour aider et accompagner les malades.

Le Téléthon 2015 s’est ouvert hier dans un contexte particulier. Avec les attentats du 13 novembre, les responsables ont dû se plier à l’État d’urgence. Le grand studio de France Télévision devait se tenir au Champ de mars, il a été déménagé à l’hippodrome de Longchamp.

Le Téléthon sera donc encore plus solidaire. L’année dernière, ce sont plus de 82 millions d’euros de promesses qui ont été reçus, en augmentation par rapport à 2013, alors que les trois années précédentes avaient vu les dons baisser.

Pour faire un don : 3637 au téléphone ou sur le site internet dédié : https://don.telethon.fr

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives, solidarité

Voilà une campagne choc de sensibilisation qui a été lancée hier à l’initiative de quatre familles dont les enfants sont partis en Syrie. La campagne, soutenue par le ministère de l’Intérieur, tient en quatre spots pour éviter de nouveaux départs pour le jihad. Plus de 500 Français, souvent mineurs, sont actuellement en Syrie. Plus de 100 autres y sont morts.

Ces parents n'ont pas vu la « transformation » de leurs enfants, qui, manipulés de loin par les réseaux extrémistes, ont décidé de partir pour le jihad. Car c'est bien de cela dont il s'agit : de la manipulation mentale à distance, par internet. Les recruteurs emploient exactement les mêmes méthodes que les gourous des grands mouvements sectaires. Tantôt ils jouent sur le registre : « tu n'es rien ici, tu ne seras jamais rien, et là-bas tu seras tout », tantôt ils appuient sur la fibre humanitaire « là-bas, tu sauveras des enfants », avant petit à petit de couper ces jeunes de leur entourage et en premier lieu, de leurs parents. Tout est fait pour que cette « conversion » soit masquée. Un engrenage parfaitement rodé, qui ne cesse de faire des victimes.

Chacun des quatre clips rappelle le numéro vert, mis en place en avril 2014 par le Ministère de l’Intérieur, pour signaler des cas de radicalisation.

Ce numéro est le 0 800 005 696. En plus d’un an, il a permis de recueillir plus de 3.000 signalements.

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives, Embrigadement

France : Rêve d’humanité

Il est l'un des photographes les plus importants de la revue National Geographic. Il a parcouru le monde à la recherche des clichés les plus forts, faisant du portrait une arme. Reza a photographié des dizaines de réfugiés, enfants, adultes, femmes, hommes, pour rendre un visage humain aux chiffres débités à longueur de journées par des journaux d’information.

Pour mieux documenter la vie quotidienne de ces camps de réfugiés, Reza a confié des appareils photo à de jeunes adolescents réfugiés, âgés de 12 à 17 ans : les photographies qui résultent de ce projet sont édifiantes.

De plus, des portraits d’enfants syriens dans le camp de réfugiés dans le nord de la Jordanie ont été pris par Ali Bin Thalith, secrétaire général de la fondation HIPA et photographe professionnel. Ces clichés rentrent dans le cadre du projet photo «Visages » par Reza, qui a longtemps été un témoin de moments tragiques de l’histoire et du sort des réfugiés.

Exposition urbaine à voir le long des quais de la Seine jusqu'au 15 octobre 2015. « Rêve d'humanité » est une frise de portraits de réfugiés rencontrés depuis plus de 30 ans.

Plus qu’une exposition, c’est un témoignage sur les conditions de vie des enfants dans les camps de réfugiés.

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives, exposition

Suisse : Le Comité des droits de l’enfant ouvre les travaux de sa soixante-dixième session

Le Comité des droits de l'enfant a entamé lundi, à Genève, les travaux de sa soixante-dixième session L’attention du Comité sera portée sur la crise humanitaire en Europe et dans les pays voisins, en particulier les souffrances des enfants. Il sera mis en avant « les souffrances des enfants au milieu de la crise humanitaire sans précédent qui frappe la Méditerranée ».

Le Comité souhaite rappeler à tous les États de l'Union européenne qu’ils ont ratifié la Convention relative aux droits de l'enfant, laquelle s'applique à tous les enfants vivant sous leur juridiction, indépendamment de leur statut juridique et sans discrimination aucune.

Dans un communiqué publié vendredi dernier, le Comité des droits de l'enfant a exhorté les ministres européens (du Conseil européen Justice et Affaires intérieures) à « adopter une approche reposant sur les droits de l'enfant » lors de la planification, de la discussion et de la mise en œuvre des mesures censées renforcer la réponse européenne, à la crise des réfugiés.

Durant ses trois semaines de session, jusqu'au 2 octobre prochain, le Comité doit également examiner les rapports présentés par huit pays au titre de la Convention et de ses deux Protocoles facultatifs portant respectivement sur l'implication d'enfants dans les conflits armés et sur la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. Ces pays sont les suivants : Émirats arabes unis, Bangladesh, Kazakhstan, Pologne, Brésil, Chili, Timor-Leste, Madagascar et Cuba.

Lors de sa séance d’ouverture le Comité, a rappelé que la Convention des droits de l’enfant comptait 195 États parties et a indiqué qu'il n'y avait pas eu de nouvelle ratification des deux premiers Protocoles facultatifs depuis la dernière session du Comité. Jusqu'à présent, 159 États ont ratifié le Protocole facultatif sur l'implication des enfants dans les conflits armés et 169 le Protocole facultatif sur la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, a-t-elle précisé.

En revanche, depuis la précédente session, la ratification par le Chili du troisième Protocole facultatif porte à 18 le nombre d'États ayant ratifié ce Protocole, qui établit une procédure de plaintes individuelles (communications).

JCC

(Source : Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives, convention droits enfant

Laisser ou oublier un enfant dans une voiture, même quelques minutes peu avoir de graves conséquences. Il ne se passe pas un mois, en France, sans que de tels incidents soient signalés, et plusieurs enfants en meurent chaque année.

Par exemple, au début du mois de juin, un ingénieur de 35 ans a ainsi laissé son bébé de six mois à l'arrière de son véhicule pendant quatre heures, en plein soleil, à Dieppe (Seine-Maritime). Le nourrisson est mort déshydraté. Son père a été poursuivi pour « homicide involontaire ».

Dans une voiture, la température peut monter extrêmement vite. Même avec une température autour de 20°C, le mercure à l'intérieur du véhicule peut monter au-dessus de 45°C en moins d'une demi-heure.

Le problème est encore plus sensible aux Etats-Unis, où une trentaine d'enfants décèdent chaque année après déshydratation à l'arrière des voitures. Régulièrement des campagnes de prévention sont lancées et des vidéos sur Internet sont diffusées.

Une des dernières initiatives en date, aux Etats-Unis, est celle de l'association « Kars4Kids », spécialisée dans la protection des enfants (jeu de mots avec « Care for kids », prendre soin des enfants, et « Cars for kids », des voitures pour les enfants). Elle vient de lancer une application pour téléphone portable qui alerte les parents quand ils oublient leur enfant dans la voiture.

Et pour promouvoir l'initiative et sensibiliser à ce problème, l'association a réalisé une vidéo dans laquelle elle montre une expérience réalisée auprès d'adultes : contre 100 dollars, des passants étaient invités à passer 10 minutes dans une voiture en plein soleil, toutes vitres fermées.

JCC

(Source : France Soir)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives, enfance en danger

Afrique : l’enfer permanent pour des millions d’enfants

Aujourd’hui, c’est la journée de l’enfant africain. L’histoire de l’enfance africaine s’inscrit dans un long chemin fait de souffrances, de sacrifices, de vols de la vie, de viols des consciences, de tortures, de mensonges et de promesses reniées. Des bateaux négriers du 18e siècle aux navires de l’immigration clandestine, la conscience de l’enfant africain est morcelée dans une histoire ponctuée par le travail précoce, les violences sociales, les maladies émergentes et les guerres civiles.

Une journée de l’enfant d’un continent aux mille espoirs mais aussi aux mille maux. Car les violations des droits de l’enfant sont innombrables et prennent des formes multiples : meurtre ou mutilation ; recrutement ou emploi d’enfants soldats ; violences et mutilations sexuelles ; attaques dirigées contre des écoles ou des hôpitaux ; déni d’accès humanitaire aux enfants ; enlèvements.

Aujourd'hui, près de 47 % des Africains sont âgés de moins de 18 ans. En 2050, 40 % des enfants de moins de cinq ans dans le monde naîtront et vivront dans des villes africaines. Et dès la seconde moitié de ce siècle, l’Afrique aura la population d'enfants la plus élevée au monde, dépassant même le continent asiatique. Mais l'Afrique c’est aussi le continent le plus touché par le travail des enfants, avec 40 % d'enfants de 5 à 14 ans au travail. C'est le pourcentage le plus élevé au monde. C’est aussi le continent où on meurt jeune. Selon, l’UNICEF « plus de la moitié des enfants qui meurent à travers le monde aujourd'hui sont Africains ». La charte de l’Union africaine pour le bien-être des enfants, qui date de 1990, a mis l’accent sur des réalités spécifiques au continent que la Convention de l’ONU ne met pas suffisamment en exergue : la participation et l’enrôlement des enfants lors des conflits et des guerres, les enfants réfugiés ou déplacés du fait de ces mêmes conflits, la protection des filles violées, enceintes. Des réalités imposées par des groupes maffieux, terroristes qui attisent les différences de croyances, la faiblesse des états centraux manipulés par les grandes multinationales.

Cette Journée de l’Enfant Africain est un événement annuel qui commémore le massacre des enfants de Soweto de 1976 par le régime de l’apartheid. Les coalitions de l’action mondiale contre la pauvreté ont choisi cette occasion pour en faire la Journée Africaine du Bandeau Blanc et pour faire une demande régionale auprès des dirigeants des pays concernés afin qu'ils agissent immédiatement pour éradiquer la pauvreté extrême qui cause la mort d'un enfant toutes les 3 secondes en moyenne.

JCC

(Sources : UNICEF et journée mondiale.com)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - initiatives

Hébergé par Overblog