Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Articles avec #lutte contre la pedophilie

Le Ministère de l’Education Nationale a procédé l’an dernier à 30 radiations liées à des cas de pédophilie ou pédopornographie, après 27 cas en 2015. L’institution, emploie plus de 850 000 agents exerçant auprès de mineurs.

Au total, en incluant les « fautes graves », 41 radiations ont été prononcées en 2016 dans l’enseignement public et privé, dont 16 en primaire et 25 dans le secondaire. Ce bilan inclut « quelques cas d’enseignants radicalisés révoqués ».

Le nombre de radiations pour des affaires de mœurs (avec des faits qui ne se sont pas forcément produits dans un cadre scolaire) était de 27 en 2015, 19 en 2014, 26 en 2013 et 15 en 2012.

Après le scandale de Villefontaine (Isère), les ministres de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, et de la justice (Christiane Taubira à l’époque) avaient mis en place des référents au sein des parquets et rectorats pour fluidifier la transmission d’informations.

C'est pourquoi, Une loi dite « de Villefontaine » oblige désormais le procureur de la République à informer l’administration des condamnations et de certaines mesures de contrôle judiciaire prononcées à l’encontre des personnes exerçant une activité en contact avec des mineurs, notamment pour des infractions sexuelles.

Ainsi, a ce jour les casiers de 363 745 agents dans douze académies ont été vérifier ce qui a permis de détecter dix condamnations « mettant en cause des faits de mœurs ou de violences concernant des mineurs, ou de mœurs sur majeurs ». Les consultations des casiers se poursuivront dans les 18 autres académies jusqu’en décembre 2017.

JCC

(Source : Education Nationale)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie, éducation

Sorte de « Spotlight » (*) à la française, le magazine « Cash Investigation », en partenariat avec le site d’information « Médiapart », s'est intéressé à un fléau qui sévit toujours au sein de l'Eglise catholique : la pédophilie.

Les journalistes ont travaillé pendant près d’un an sur l’un des secrets les mieux gardés de l’Eglise de France. Une investigation sans concession qui révèle que des religieux condamnés pour pédophilie sont toujours en activité et parfois toujours au contact d’enfants.

Le magazine dévoile comment de hauts responsables de l’Eglise ont couvert certains agissements en protégeant des prêtres accusés d’agressions sexuelles sur mineurs. Ils les ont déplacés de pays en pays, notamment en Afrique et en Amérique du Sud. Le magazine d'investigation a réalisé une carte inédite de ces exfiltrations internationale.

L'enquête remonte même jusqu’au Vatican, à la rencontre du pape François. Lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires, il aurait tenté d’influencer la justice argentine pour disculper un prêtre condamné pour pédophilie. Des Etats-Unis à la Guinée, du Cameroun à l’Argentine, les équipes du magazine ont sillonné le monde pour tenter d’obtenir des réponses et finalement pour interpeller le pape François en personne. Le magazine dénonce enfin le silence assourdissant qui règne toujours au sein de l’Eglise, les évêques ont en effet refusé de prendre la parole.

En 2002, l’Eglise a dit officiellement qu’un prêtre pédophile devait être dénoncé à la justice. Mais dans les faits, rien n’a vraiment bougé jusqu’en 2016 et l’affaire Barbarin (voir article précédent).

La place de la victime commence seulement à être intégrée dans la réflexion de l’Eglise.

Il est plus que temps…

JCC

« Pédophilie dans l'Eglise : le poids du silence », une enquête de Martin Boudot diffusée ce soir, 21 mars 2017, à 20h55 sur France 2.

Spotlight : voir article précédent

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie, Eglise catholique

Des années 1920 aux années 1970, l’Angleterre avait mis sur pied le « programme des enfants émigrés », qui visait à offrir une « vie meilleure » à des enfants placés dans des institutions publiques ou religieuses car soit orphelins soit issus de familles très modestes.

Ainsi, 150.000 d'entre eux, âgés de 3 à 14 ans, ont été envoyés principalement vers l'Australie mais aussi vers le Canada, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du sud ou bien encore le Zimbabwe, souvent sans le consentement de leurs familles.

Mais le pieux objectif s'est transformé en cauchemar pour nombre de ces enfants qui se sont trouvés très vite confrontés au travail forcé, aux coups et aux agressions sexuelles.
Selon un rapport parlementaire datant de 1998, les abus subis par les enfants envoyés en Australie étaient systématiques. Douze ans plus tard, le Premier ministre travailliste Gordon Brown avait présenté ses excuses pour ce programme.

Et c’est donc 19 plus tard que l’Angleterre décide de lancer une vaste enquête publique dont l’objectif est de lever le voile sur l'ampleur des abus commis. Elle doit aussi déterminer dans quelle mesure les gouvernements britanniques successifs avaient connaissance de ce scandale.

Cette enquête, qui verra témoigner certaines des victimes, devrait durer cinq ans. Enfin, il faut savoir qu’au Royaume-Uni, le rôle d'une enquête publique est d'établir des faits, mais pas de prononcer des condamnations.

JCC

(Source : France Inter)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie, enquête

A l’occasion de ses vœux, la ministre de l’Enfance, des Familles et des Droits des femmes, a annoncé que le 1er mars prochain sera présenté le premier plan de lutte contre les violences faites aux enfants.

La maltraitance des enfants reste un phénomène mal connu en France. En 2006, l'Observatoire national de l'enfance en danger recensait 77.500 cas connus d'enfants de moins de 15 ans en danger.

La question de la prévention des violences sera donc au centre de ce plan, qui viendra en complément de la loi sur la protection de l'enfant du 14 mars 2016, et de la feuille de route de juin 2015. Il traitera également de « l'accès des mineurs à la pornographie ».

Par ailleurs, la prévention des assassinats d’enfants, estimé à 250 cas par an en France, fera l’objet  de recommandations.

Enfin, la question du signalement sera également examinée pour aider notamment les professionnels de santé à mieux détecter et signaler les maltraitances d'enfants.

JCC

(Source : communiqué ministère)

 

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - maltraitance, lutte contre la pédophilie, signalement

L’Angleterre n’en finit pas de découvrir des scandales liés à la pédophilie. Après l’affaire Cliff Richard, celles liées à l’Eglise Catholique ou à la BBC, c’est le foot anglais qui est maintenant touché. En effet, la Fédération anglaise de football et certains clubs sont accusés d'avoir couvert pendant des décennies des actes de pédophilie. Aujourd’hui,  le nombre de victimes potentielles s’élève à 350.

L’affaire a commencé au début du mois de novembre par des révélations d'Andy Woodward, ancien joueur du club de Crewe Alexandra âgé de 43 ans, qui a révélé son calvaire dans « le Guardian ». Depuis, plus de 20 joueurs, dont plusieurs anciens internationaux, ont pris la parole pour raconter qu'ils avaient été agressés sexuellement par un entraîneur ou un recruteur lorsqu'ils étaient enfants.

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes par « Scotland Yard », mais aussi dans les régions de Londres, Manchester, Cambridge, Birmingham, Liverpool, Norwich, Newcastle, en Écosse et dans les Galles du Nord. Lancée le 23 novembre, une hotline d'assistance téléphonique pour les victimes présumées a reçu 860 appels en une semaine, a révélé hier la NSPCC, la principale organisation de protection des mineurs au Royaume-Uni.

Au total, une vingtaine de personnes sont mises en causes dont certaines sont très connues dans le milieu du football britannique.

JCC

(Sources : The Guardian & NSPCC)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

L’Eglise Catholique Française fait un pas de plus dans sa lutte contre la pédophilie en son sein en organisant aujourd’hui, partout en France, des messes, des vêpres et jeûnes pour les victimes de pédophilie.  C’est à l'initiative du pape François que ce « temps de prière et de pénitence » avait été annoncé en septembre par le Vatican qui laissait à chaque pays le soin de l’organiser.

De leur côté, les évêques de France sont réunis aujourd’hui à Lourdes (Hautes-Pyrénées) pour « demander pardon pour leur silence coupable ». Cette journée revêt une dimension particulière après les révélations en chaîne d'affaires de pédophilie ou d'abus sexuels impliquant des prêtres. C’est le cas notamment de l’affaire du père Bernard Preynat, prêtre lyonnais soupçonné d’avoir abusé d’une soixantaine de jeunes scouts. Cette affaire avait grandement terni l'image du cardinal Philippe Barbarin, même si l'enquête pour non-dénonciation visant le primat des Gaules a été classée sans suite. L'onde de choc s'est propagée dans les diocèses de France, car d'autres cas ont été signalés ou ont resurgi à Paris, Montauban, Toulouse, Clermont-Ferrand, Orléans, Bayonne, en Guyane...

Les associations de victimes craignent que cette journée reste un vœu pieu dans une sorte « d’auto-flagellation générale ». En effet,  pour elles, ce qui compte,  « c’est de déterminer les responsabilités, seule manière de reconnaître réellement les abus sexuels ».

Pour elles, aujourd’hui est une journée comme les autres.

JCC

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

France : l’affaire « Barbarin »   classée sans suite, un mauvais signal pour les victimes

Malgré les plaintes déposées à l’encontre de plusieurs membres de l’Eglise catholique, dont le cardinal Barbarin, le procureur de la République de Lyon a indiqué lundi que l’enquête pour « non-dénonciation » d’agressions sexuelles sur mineurs, commises par le père Preynat dans le diocèse de Lyon entre 1970 et 1991 (voir article précédent), était classée « sans suite ». Selon le procureur de la République, les infractions « n'étaient pas constituées ».

Pourtant, le parquet de Lyon a tout de même confirmé que le diocèse avait eu connaissance des agissements du père Preynat entre 2005 et 2010, une période couverte par la prescription qui est de trois ans en matière de non-dénonciation.

Pour l’association « la Parole libérée », c’est un « mauvais signal » pour les victimes car cela pourrait inciter les autorités catholiques à jouer la montre sur le mode « ne dites rien, attendez le délai de prescription ». Cette dernière a indiqué sur son site internet qu’elle envisage de déposer à l’automne une plainte en saisissant un juge d’instruction directement avec constitution de partie civile.

JCC

(Sources : France Inter, association « la Parole libérée »)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

Monde : les « emojis » au service de la lutte contre la pédophilie sur Internet

« Emoji » est le terme japonais pour désigner les « émoticônes » (ou smiley) utilisées dans les messages électroniques et les pages web japonaises, qui se répandent maintenant dans le monde entier. Aujourd’hui, les « emojis » font partie intégrante de notre quotidien. En plus d’être divertissants, ces petits pictogrammes sont de plus en plus utilisés dans les campagnes de communication des marques et organismes de sensibilisation, du fait de leur caractère universel.

Les « emojis » sont devenus la nouvelle addiction liée aux smartphones. La preuve : ces derniers vont très bientôt être les stars d'un film d'animation, prévu au cinéma pour les années à venir.

À l’instar de la marque « Durex » qui souhaite lancer un « emoji préservatif » pour sensibiliser les jeunes aux maladies sexuellement transmissible (MST), ou encore d’une association argentine qui utilise les « emojis » pour sensibiliser au cancer du sein, une association indienne a imaginé une campagne pour dénoncer la pédophilie sur Internet.

L’association « Cyber Crime Awareness Society », spécialisée dans la lutte contre la cybercriminalité, a créé des « emojis » qui incarnent le côté obscur du web. On y découvre un soutien-gorge à la place de lunettes, une culotte à la place de la langue, ou encore des seins à la place des yeux.

Ainsi, l’association s’adresse directement aux jeunes pour les sensibiliser aux dangers d’Internet.

JCC

(Source : Influenth)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie, Dangers d'Internet

Monde : le tourisme pédophile en plein essor

L’affaire qui occupe actuellement la cour d’assisses de Versailles (Yvelines) vient nous rappeler que le tourisme pédophile reste une réalité. En effet, un homme de 52 ans est jugé pour le viol de 66 mineurs au Sri Lanka, en Tunisie et en Egypte.

Chaque année, 842 millions de touristes se rendent à l'étranger. Parmi eux, 10 % choisissent leur destination de voyage selon l’offre « sexuelle ». Et les enfants sont de plus en plus victimes de ces « touristes » partout dans le monde. Il n'existe pas de profil type. Ce sont des voyageurs d'affaires, des migrants, des travailleurs temporaires, des expatriés ou des bénévoles de la société civile.

Aucune région n'est épargnée et aucun pays n'est à l'abri. L’Asie du Sud-Est, autrefois connue pour être un refuge pour pédophiles occidentaux, est parvenue à enrayer ce mouvement en resserrant la coopération entre les pays d'origine des criminels et les destinations. Cependant, aujourd'hui, les enfants sont la cible des voyageurs locaux ou de la région - tels que les touristes japonais, chinois et sud-coréens - qui représentent la majeure partie des visiteurs maintenant.

Et l'Europe, autrefois zone d'origine des pédophiles, est en train de devenir une destination de ce tourisme sexuel, notamment certains pays d'Europe centrale et orientale, où les lois de protection des enfants font défaut.

En Amérique latine, la prévalence des abus sexuels sur les enfants est très élevée, en particulier dans les zones touristiques à proximité des communautés pauvres et exclues. La région a connu depuis les années 1980 une explosion par quatre du nombre de touristes, dont les trois quarts proviennent des Etats-Unis et du Canada.

Certaines zones très pauvres et autrefois inaccessibles en Asie ou en Amérique du Sud font aujourd'hui partie des pays ciblés par les pédophiles. Les chercheurs évoquent par exemple le Laos, la Moldavie, le Pérou et certaines îles du Pacifique.

Enfin, le Moyen-Orient et l'Afrique n'échappent pas au phénomène.

Les Etats ont donc une obligation morale d'agir maintenant pour protéger tous les enfants partout dans le monde. Ainsi, l'association ECPAT (End Child Prostitution, Pornography and Trafficking) propose de construire un système efficace pour que les polices partagent leurs informations et travaillent avec les fournisseurs d'accès internet pour remédier à la mise à disposition d'enfants à des fins sexuelles via internet.

JCC

(Source : ECPAT)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - Tourisme sexuel, lutte contre la pédophilie

Vatican : le Pape François accentue la pression sur les évêques qui auraient couvert des actes de pédophilie

Alors que le Cardinal Barbarin, visé par deux plaintes pour avoir fermé les yeux sur des actes de pédophilie dans son diocèse de Lyon, vient d’être entendu par la Police, le Pape François veut accentuer la pression sur les évêques. Le souverain pontife a en effet signé un « motu proprio » (acte législatif pontifical) qui rend possible la révocation d’évêques pour « négligence », notamment dans des cas de pédophilie dans l’Église.

Le fait de pouvoir révoquer un évêque n’est pas nouveau car le droit canon prévoyait déjà en effet cette éventualité pour « causes très graves ». Mais ce qui change, c’est le motif. En effet, le Pape introduit la notion de « négligence ». En fait, il ne s’agit pas uniquement d’avoir couvert ou dissimulé des crimes pédophiles, mais aussi d’avoir manqué d’attention, de diligence ou d’avoir mal géré une telle affaire.

Par ailleurs, le pape François a créé au Vatican une instance judiciaire pour juger les prêtres pédophiles, mis en place une commission internationale d'experts chargée de proposer des mesures de prévention et rencontré des victimes à Rome et à Philadelphie. Depuis le début des années 2000, le Vatican a pris de nombreuses mesures pour lutter contre les crimes pédophiles en son sein, notamment à l’initiative de Benoit XVI.

Mais à travers le monde, où de nombreux cas d'ecclésiastes pédophiles ont fait scandale ces dernières années, l'amertume et la déception prédominent parmi les victimes, estimant que l'Église a encore beaucoup à faire pour écarter et punir les coupables.

JCC

(Source : France 24)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat - - lutte contre la pédophilie

Hébergé par Overblog